Frédéric Vermeulin
Frédéric Vermeulin

Européennes : "On ne peut pas sautiller uniquement sur la jambe droite", dénonce Frédéric Vermeulin (Place publique)

Frédéric Vermeulin, candidat aux élections européennes sur la liste PS et Place Publique menée par Raphaël Glucksmann, est l'invité de 6 minutes chrono.

Les élections européennes du 9 juin devrait, d'après les sondages, marquées le retour au premier plan du Parti Socialiste menée par Raphaël Glucksmann, membre de Place publique, l'autre composante de la liste commune. Cette proposition semble avoir capté l'aile gauche de l'électorat habituel d'Emmanuel Macron. "L'illusion finalement s'est évaporée. La politique menée n'était pas du tout ce qui était annoncé. On ne peut pas faire de la communication tout le temps, dire je marche sur une jambe gauche et sur une jambe droite et sautiller uniquement sur la droite. À bout d'un moment, ça se voit quand même : réforme des retraites, Darmanin, voilà, je crois que l'illusion a vraiment fait long feu", dénonce-t-il.

Le candidat sur la liste Place Publique/PS défend aussi le positionnement fédéraliste de leur programme : "Quand on est 27 et qu'on a une véritable force de frappe économique, qu'on a un marché comme celui qu'on a, on a la possibilité d'être souverain face à des puissances immenses comme la Chine, les États-Unis dont il faut être indépendant, y compris sur le plan militaire, pour ne pas dépendre de Donald Trump dans quelques mois peut-être. Donc cette souveraineté nationale, sans l'Europe, sans un bloc énorme, elle est en partie illusoire".

La retranscription intégrale de l'entretien avec Frédéric Vermeulin

Bonjour à tous et bienvenue, vous regardez 6 minutes chrono, le rendez-vous quotidien de la rédaction de Lyon Capitale et on poursuit notre tour d'horizon des différents candidats et des différentes listes qui concourent aux élections européennes du 9 juin prochain. Aujourd'hui nous accueillons Frédéric Vermeulin. Vous êtes candidat en position il y a de grandes chances qu'elle soit non éligible. Sauf score dictatorial. Vous êtes donc candidat non éligible sur la liste place publique et parti socialiste menée par Raphaël Glucksmann, vous vous êtes plutôt la composante place publique. C'est une liste qui pour l'instant est plébiscitée, en tout cas à gauche, la liste qui arrivera en tête des forces de gauche. L'objectif maintenant c'est quoi ? C'est de passer devant la liste Renaissance qui est juste devant vous, deux points au-dessus de vous, au-delà de 17% ?

Symboliquement peut-être, mais l'objectif c'est d'avoir le plus de députés européens possibles pour peser ensuite dans le groupe social-démocrate et pour faire peser le groupe social-démocrate bien au-delà, parce que c'est la principale force capable d'agir et de faire basculer des majorités du côté de nos valeurs sociales et écologiques.

Quand on voit votre score, c'est la preuve que le, en même temps, macroniste est fini, c'est-à-dire que l'aile gauche de la macronie, elle est retournée à la social-démocratie vers l'EPS qui est à l'origine le parti fort de la social-démocratie en France. C'est cette fin du en même temps-là à laquelle on est en train d'assister ?


Probablement, on l'entend tous les jours sur les marchés, tous les jours auprès des habitants, parce que l'illusion finalement s'est évaporée. La politique menée n'était pas du tout ce qui était annoncé. On ne peut pas faire de la communication tout le temps, dire je marche sur une jambe gauche et sur une jambe droite et sautiller uniquement sur la droite. À bout d'un moment, ça se voit quand même. Réforme des retraites, Darmanin, voilà, je crois que l'illusion a vraiment fait long feu.


Ce qui veut dire finalement que Macron, il y avait à peu près, c'était un temps pour temps, à peu près autant à droite qu'autant à gauche quand on voit le score, vos intentions de vote.


Oui, mais avec un côté arnaque quelque part. Voilà, le fait que les électeurs reviennent, oui, les abstentionnistes aussi beaucoup, je pense. Beaucoup de déçus avaient arrêté de venir voter à gauche. Donc ils ne viennent pas forcément, et les enquêtes le montrent d'ailleurs, forcément chez Macron, ils viennent d'autres listes et ils viennent beaucoup de cette réserve de gens qui n'y croyaient plus et qui ont retrouvé l'envie, qui ont retrouvé la foi grâce à Raphaël Glucksmann et à une campagne qui leur parle.

Elle ne leur parle pas toujours, puisqu'aux élections européennes, c'est souvent l'abstention qui est le premier parti de France. Ce n'est pas une spécificité, mais c'est encore plus vrai aux européennes. Qu'est-ce que vous pourriez dire à des Lyonnais, à des villes urbaines, à des habitants de la métropole, à des Français tout simplement qui seraient tentés d'aller à la pêche le 9 juin ? Pourquoi il faut absolument se mobiliser ? En quoi ça va impacter leur quotidien ce qui va se décider le 9 juin ?


L'Europe agit sur beaucoup, beaucoup de choses. Beaucoup de financements souvent cachés. On le voit ici en Auvergne-Rhône-Alpes avec Laurent Wauquiez, qui utilise massivement des fonds européens, mais en se les réappropriant de membres internes de communication pour l'éducation, pour le développement local, pour l'environnement. L'Europe est souvent masquée par des politiques locales qui en récupèrent le positif et qui, au contraire, rejettent toutes leurs erreurs sur l'Europe et s'en servent un petit peu comme de boucs émissaires. Donc cette communication à deux vitesses sur l'Europe, le vote empathie, alors qu'on sait très bien qu'une majorité de gauche en Europe, c'est une politique complètement différente. L'Europe est ce qu'on en fait. Une majorité qui agit dans un sens, obtient des résultats. C'est comme ça. L'Europe de Jacques Delors n'est pas du tout celle qu'on a aujourd'hui. Aujourd'hui, vous la qualifieriez comment, cette Europe ? Cette Europe, elle fait du libéralisme de la pire sorte, c'est-à-dire qu'elle est naïve dans ses accords de libre-échange. La Chine sponsorise largement ses activités économiques, permet à ses entreprises de concurrencer de manière… On le voit notamment sur les voitures électriques. On le voit sur les voitures électriques, sur les batteries, on le voit sur les panneaux solaires. Donc ces objectifs-là qui nous dépossèdent d'une part de souveraineté, parce que le mot souveraineté est souvent galvaudé, mais elle est européenne, ce qui nous permet de peser par rapport à ses grandes puissances, c'est l'Europe. Donc on est dépossédé de cette souveraineté-là par naïveté, par naïveté d'idéologie libérale. Et au-delà de ça, on laisse se perdre nos industries. On laisse se perdre notre possibilité d'agir sur la santé. Donc il faut ramener de l'activité en Europe. Il faut savoir recréer une véritable force européenne indépendante.


Vous avez utilisé le mot souveraineté. Mais vous êtes fédéralistes. C'est le positionnement exact de votre liste ou c'est un peu caricatural ? Parce qu'il y a ce débat à gauche entre ceux qui veulent plutôt un repli sur une souveraineté nationale ou plutôt sur une souveraineté européenne ?


Oui, parce que c'est la plus forte. Quand on est 27 et qu'on a une véritable force de frappe économique, qu'on a un marché comme celui qu'on a, on a la possibilité d'être souverain face à des puissances immenses comme la Chine, les États-Unis dont il faut être indépendant, y compris sur le plan militaire, pour ne pas dépendre de Donald Trump dans quelques mois peut-être. Donc cette souveraineté nationale, sans l'Europe, sans un bloc énorme, elle est en partie illusoire. Donc c'est du réalisme. C'est le réalisme d'une vraie force de frappe mondiale, de faire une grande puissance mondiale.


Pour terminer, est-ce qu'il y a une idée dans votre programme qui pourrait changer concrètement la vie des Français, si elle pouvait être mise en application ? Histoire de comprendre à quel point l'Europe peut agir dans nos vies.

Alors sur l'énergie, par exemple, une régulation du prix de l'énergie au niveau européen avec des prix plafonds, même chose pour l'alimentation, avec une vraie politique de santé, avec un Erasmus pour les étudiants, mais universel, que tous les étudiants puissent partir partout en Europe et voyager en train aussi avec un billet à prix unique à 49 euros pour tous, y compris au-delà des étudiants. Tout ce qui va nous permettre de vivre l'Europe collectivement comme si on l'était aujourd'hui en France, dans nos pays. Faire de l'Europe ce grand tout plus uni.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut