Voie covoiturage M6
Les premiers contrôles radars des voies de covoiturage devraient débuter au second semestre 2023. © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

Bientôt des radars pour verbaliser le non-respect des voies de covoiturage de la M6/M7

Plus de deux ans après leur création, les voies de covoiturage de la M6/M7 vont faire l’objet de contrôles radars. Ces derniers devraient être opérationnels au deuxième semestre de 2023. 

Décriées par certains automobilistes et jugées peu efficaces depuis leur installation, de l’aveu même du président de la Métropole de Lyon en 2021, qui estimait que le dispositif "fonctionne moyennement" et n’est "pas totalement respecté", les voies de covoiturages de la M6/M7 vont "enfin" être contrôlées avec des radars. 

Radars thermiques

"On attend enfin pour le 2e semestre de 2023 des radars en expérimentation de l’État pour que ces voies réservées soient respectées et que du coup ce soit un véritable avantage pour les covoitureurs", confiait ce lundi 23 janvier Jean-Charles Kohlhass, vice-président de la Métropole de Lyon, lors du conseil métropolitain. Équipés de caméras thermiques, ces radars devraient permettre de contrôler le nombre de passagers présents dans un véhicule au moment de son passage sur une voie de covoiturage. 

"On attend enfin pour le 2e semestre de 2023 des radars en expérimentation de l’État"

Jean-Charles Kohlhass, vice-président de la Métropole de Lyon

Jusqu’à présent, les sanctions ne pouvaient être appliquées que par des agents, rendant le dispositif inefficace. En décembre 2021, Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, estimait qu’"une fois qu'on pourra faire respecter la voie de covoiturage, ça sera un atout beaucoup plus facile à mettre en oeuvre".

Pour rappel, la voie de gauche de la M6 et de la M7 est réservée aux véhicules transportant au minimum deux personnes, aux véhicules Crit'Air 0, aux taxis, et aux bus express dans les deux sens de circulation sur la M6 (ex-A6), au nord de Lyon, entre l’échangeur de La Garde (Dardilly, sortie n°33) et celui du Valvert (Tassin-la-Demi-Lune, sortie n°36) et sur la M7 (ex A7), au sud de Lyon, entre l’échangeur de Pierre Bénite et celui de Confluence.

En bleu, les sections avec une voie de covoiturage. (Crédit Métropole de Lyon)

135 euros d'amende

Légalement, un automobiliste, seul, ne peut donc pas emprunter la voie de gauche lorsqu’un losange blanc est éclairé au-dessus. Ces voies sont actives du dimanche soir minuit au vendredi soir minuit, lorsque le trafic est le plus dense. En cas d’accident sur les deux autres voies, le signal lumineux, qui indique la voie de covoiturage, peut être désactivé ouvrant ainsi son accès à tous les automobilistes. 

Les conducteurs roulant sur cette voie réservée sans en respecter les règles s’exposent à une amende de 135 euros.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut