L’hôtel de ville de Lyon, place de la Comédie © Eliot Lucas
L’hôtel de ville de Lyon. © Eliot Lucas

Avec son dispositif "Jobs d'été", la Ville de Lyon relance des jeunes "qui ont perdu confiance en eux"

Pour la saison estivale, la Ville de Lyon embauche 100 jeunes âgés de 18 à 25 ans via son dispositif "Jobs d'été". L'objectif : encourager le retour à l'emploi de jeunes aux parcours parfois cabossés, notamment à cause de l'épidémie de Covid-19. 

Le dispositif "Jobs d'été" de la Ville de Lyon fête ses trente ans. Mais après deux ans de pandémie, ce programme prend une importance accrue. "Depuis le Covid-19, on repositionne des jeunes qui repartent de zéro et ont perdu confiance en eux", confie Isabelle Dimachkie, conseillère à la mission locale du 7e arrondissement de Lyon.

Cent jeunes travailleront pour les services de la Ville cet été. Ils étaient réunis lors d'une cérémonie d'accueil vendredi 1er juillet dans les salons de l'Hôtel de ville de Lyon. Le rendez-vous était fixé à 8h30, peut-être pour tester leur ponctualité, mais c'est Mohamed Chihi, l'adjoint au maire chargé de la sûreté, sécurité et tranquillité qui est arrivé en retard. "Il ne s'agit pas seulement de vous offrir un travail pour un mois, mais que cela vous serve dans votre parcours vers l'emploi", a expliqué l'élu.

Classer des documents administratifs ou accueillir des gens à la piscine

Parmi les jeunes qui ont décroché un CDD pour l'été, il y a Ibrahim, 21 ans. Après avoir entamé une licence en Langue étrangères appliquées en raison de son bon niveau en anglais, il a finalement abandonné ses études après un redoublement. "Je parle bien anglais et je me suis dit que ça serait bien d'aller dans ce domaine. Mais ça n'a pas suffi. J'ai eu du mal à me mettre dedans et ça ne s'est pas arrangé avec les confinements", confie Ibrahim, qui a lâché à la fin de l'année scolaire 2020.
Ibrahim, 21 ans, avec Isabelle Dimachkie, conseillère à la mission locale du 7e arrondissement. C.Belsoeur / Lyon Capitale
Le jeune homme s'est ensuite tourné vers la mission locale du 7e arrondissement qui lui a proposé de candidater pour un job d'été à la ville. Pendant un mois cet été, il classera des papiers au pôle retraite. "Il y avait le choix entre des postes dans les pôles administratifs ou techniques. Moi je préférais être dans l'administratif", ajoute Ibrahim.
"C'est un levier pour les jeunes avec une première expérience dans un cadre bienveillant. Les évaluations des tuteurs sont souvent très positives", analyse Isabelle Dimachkie. Un constat que partage Sacha Hamar, agent de maîtrise au centre nautique Tony Bertrand situé sur les berges du Rhône. Il accueille tous les ans plusieurs saisonniers. Ils seront quatre dans son équipe cet été. "Ce qui me motive c'est qu'on accueille des jeunes qui galèrent dans la vie. J'ai été heureux de voir des jeunes accueillis ici réussir leur vie ensuite". 

"Ce qui me motive c'est qu'on accueille des jeunes qui galèrent dans la vie"

Sacha Hamar, agent de maîtrise au centre nautique Tony Bertrand

Sacha Hamar sera notamment le tuteur d'Inès. Cette jeune femme a stoppé son cursus commerce en seconde dans un lycée professionnel. C'était en 2016. Depuis, elle s'est bien inscrite à des formations pour se former dans la vente, mais ça n'a jamais débouché sur quelque chose de concret. En rupture avec le marché du travail, elle veut donc rebondir avec ce contrat d'un mois à la piscine du 7e arrondissement. "J'ai envie de retrouver un rythme", glisse t-elle.

Destiné en priorité aux jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la Ville, le dispositif "Jobs d'été" peine pourtant à faire le plein auprès de ce public. C'est d'ailleurs en partie pour cette raison que les missions proposées ont été étalées sur six mois à partir du 1er juillet. "L'objectif, c'est d'avoir des jeunes des quartiers prioritaires, mais on pourrait en avoir plus, admet Isabelle Dimachkie. Ils viennent le lundi avec un projet et puis le mardi c'est un autre projet. C'est un public dont les attentes peuvent bouger très vite".

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut