Vélos sur les berges du Rhône à Lyon

Acheter un vélo à assistance électrique à Lyon : attention aux arnaques et mauvais plans

La métropole de Lyon offre une subvention jusqu'à 500 euros pour aider à l'achat de certains vélos comme les VAE. Néanmoins, il reste important de se méfier des arnaques et mauvais plans. 

500 euros pour acheter un vélo pliant, à assistance électrique, cargo ou familiale, ça ne se refuse pas. La métropole de Lyon a choisi de faire évoluer sa subvention dans le bon sens pour accompagner le déconfinement et encourager ceux qui veulent se mettre au vélo (lire comment en profiter ici). 

Néanmoins, il est impératif d'être attentif pour éviter les mauvais plans. Le principal conseil pour acheter le bon modèle adapté, puis de s'assurer qu'il pourra ensuite être bien entretenu, reste de se tourner vers un vélociste professionnel sur la métropole de Lyon.

De même, la prime est éligible pour les vélos d'occasion, en allant vers les professionnels implantés sur le territoire de la métropole de Lyon ou les ateliers et associations locales, et les "structures appartenant au champ de l’économie sociale et solidaire" (voir la liste ici). Il faudra passer obligatoirement par ces réseaux, la subvention n'est pas valable en cas d'achat via un site de petites annonces comme Le Bon Coin (où les vélos d'occasion sont parfois plus chers qu'un modèle neuf moins l'aide de 500 euros). 

Des modèles qui ne sont pas éligibles 

Par ailleurs, la prime n'est pas valable sur les speed-bikes, des modèles dont l'aide moteur peut dépasser les 25 km/h. De plus, aucun vélociste sérieux ne vous proposera de débrider votre vélo après achat, cela reste illégal, dangereux et n'ouvre à aucune couverture d'assurance en cas d'accident. L'aide n'est également pas valable pour les trottinettes et autres engins dont le moteur peut fonctionner sans avoir besoin de pédaler (même si des pédales sont présentes).

Il reste important de vérifier que le prix du vélo n'a pas subi une petite augmentation à cause de l'arrivée de la subvention, mais aussi qu'il ne s'agit pas d'un modèle importé de Chine, rebadgé et dont le prix aurait été doublé, triplé, voire quadruplé. Boutique éphémère ou dont le vélo n'est pas l'une des spécialités doivent toujours entraîner la plus grande des prudences. Même s'il s'agit d'une maison en apparence sérieuse, il faudra garder à l'esprit qu'un vélo à assistance électrique a besoin d'une visite technique tous les 1000 à 1500 kilomètres (autour de 60/70 euros à chaque fois). Autant se tourner vers un vélociste qui permettra ce suivi dans la durée.  

Les détails à ne pas négliger 

Une fois le bon modèle trouvé, adapté à ses besoins et sa morphologie, n'hésitez pas à demander la disponibilité des pièces détachées, le suivi autour du moteur et de la batterie, la durée de la garantie et ce qu'elle couvre. Pour les modèles exotiques, c'est là que les choses se corsent parfois, avec des batteries difficiles à trouver et des moteurs peu courants (les principales marques sont Bosch, Yamaha, Shimano et Panasonic).

Tous les professionnels du territoire permettent de tester des vélos (en laissant souvent sa carte d'identité en boutique et/ou une caution). Il s'agira d'un achat qui s'inscrira dans le temps, il faudra donc le prendre pour bien choisir. 

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
Le bilan du coronavirus COVID-19 en région Auvergne-Rhône-Alpes était particulièrement attendu ce mardi 2 juin. Aucun rattrapage des chiffres dans le mauvais sens n'a eu lieu, le bilan est une nouvelle fois encourageant. 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut