vénissieux plainte
Hôtel de Ville de Vénissieux.

A Vénissieux, une nouvelle plainte déposée par quatre groupes d'opposition

Quatre groupes d'opposition déposent plainte au tribunal administratif contre la commune de Vénissieux considérant que des élus de la majorité n'ont pas respecté le règlement intérieur qu'ils ont eux-mêmes élaboré.

La fronde judiciaire de l'opposition se poursuit à Vénissieux. Déjà visés par une dizaine de plaintes, la maire PCF, Michèle Picard et ses adjoints, sont de nouveau sous le feu de quatre groupes d'opposition : Vénissieux en mieux, Vénissieux pluriel, Préemptions actions municipales et l'Union des Vénissians indépendants.

Lire aussi : A Vénissieux, l'opposition s'unit contre "l'outil de propagande", le journal "Expressions"

"Une déconnexion alarmante entre les promesses faites par la majorité en matière de respect des règles démocratiques et la réalité de son comportement politique
Aurélien Arnould, groupe Vénissieux en mieux
Tweet

En cause, "le non-respect flagrant par la majorité municipale, dirigée par Michèle Picard, du règlement qu'elle a elle-même voté en début de mandat", indique Aurélien Arnould du groupe Vénissieux en mieux, qui dépose plainte contre la Ville au tribunal administratif. C'est une délibération votée le 30 janvier 2024 qui est attaquée par l'opposition. Cette dernière attribuait une subvention de près d'un million d'euros à l'association pour la promotion des activités socio-éducatives de Vénissieux (APASEV) dont le conseil d'administration compte neuf élus de la Ville.

Lire aussi : L’installation d’une mosquée dans un bâtiment municipal de Vénissieux signalée à la justice

Un vote contraire au règlement intérieur de la commune

Or, alors que l'article 24 du règlement intérieur de la commune dispose que "les membres du conseil municipal ne peuvent prendre part aux débats et délibérations portant sur des affaires dans lesquelles ils ont un intérêt", huit des neuf élus ont bien participé au vote de la délibération attribuant la subvention. Dans leur plainte déposée lundi 18 mars, les élus demandent ainsi au tribunal administratif d'annuler le vote de cette délibération.

"Cette attitude révèle une déconnexion alarmante entre les promesses faites par la majorité en matière de respect des règles démocratiques et la réalité de son comportement politique", juge Aurélien Arnould. En février déjà, Farid Ben Moussa (à l'origine d'une dizaine de plaintes visant des élus de la majorité et visé par une plainte de Michèle Picard pour "harcèlement" et "dénonciations calomnieuses") attaquait une autre subvention attribuée à l'association Voisin Malin, dont un membre du conseil d'administration, Yazid Ikdoumi, est également directeur général adjoint à la cohésion sociale de Vénissieux. Or, Michèle Picard a participé au vote de cette subvention.

Contactée via son service presse, la maire communiste n'a pas répondu à nos sollicitations.

Lire aussi : “Expressions” à Vénissieux : le faux nez de Michèle Picard ?

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut