Le secrétaire général pour l’investissement, en charge de France 2030 Bruno Bonnell et le préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes Pascal Mailhos. ©Grégoire Gindre

À Lyon, Bruno Bonnell en charge de France 2030 réaffirme son ambition, "l'innovation pour tous et partout"

À l'occasion du premier comité France 2030 qui se tenait à Lyon ce mercredi 18 mai, le secrétaire général pour l'investissement, Bruno Bonnell, a rencontré les acteurs économiques, syndicaux, sanitaires et entrepreneuriaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

54 milliards d'euros. C'est le montant engagé par l'Etat pour transformer durablement, grâce à l'innovation technologique, les secteurs clés de l'économie française. Accompagné par le préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes Pascal Mailhos, le secrétaire général pour l'investissement Bruno Bonnell a présenté la politique d'investissement de France 2030, dans le bâtiment de la préfecture du Rhône mercredi 18 mai.


"Ce plan s’adresse notamment aux PME, ETI et territoires émergents qui font preuve d’innovation",
Bruno Bonnell, secrétaire général en charge de l'investissement pour France 2030 


L'heure était d'abord à la pédagogie. Ce plan France 2030 est "fondé sur une réflexion, avec l'innovation comme proposition de réponses partielle aux enjeux sociétaux". Bien loin d'une "improvisation", Bruno Bonnell souhaite répondre, grâce à l'innovation, à une demande croissante de la société sur plusieurs aspects. Des "demandes réelles dans lesquelles les gens sont sensibles", assure l'ancien député LREM. Mieux produire (agriculture raisonnée, alimentation durable et saine), mieux vivre (optimiser les ressources, décarboner l'industrie, et gérer l'électrification du monde), et mieux comprendre, notamment en passant par le secteur de l'éducation semblent être les points importants de ce nouveau plan d'investissement. Une fois les demandes sociales énoncées, Bruno Bonnell rappelle également les enjeux de "souveraineté numérique", et "d'un futur plus agréable et équilibré".

Le secrétaire général pour l'investissement, en charge de France 2030 Bruno Bonnell et le préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes Pascal Mailhos. ©Grégoire Gindre

54 milliards d'euros dédiés à "l'excellence"

Bien loin des vannes ouvertes par le gouvernement post-crise sanitaire - comme le plan de résilience ou le plan de relance - les 54 milliards alloués à France 2030 sont engagés pour "l'excellence", affirme Bonnell. "Ce n'est pas un phénomène de guichet. Il y a des sélections, des réflexions sur la qualité de ce qui est proposée" poursuit l'ex-entrepreneur avant de métaphorer, "c'est plus un concours qu'un examen". Pour dynamiser le secteur de l'innovation dans l'Hexagone, le plan France 2030 lance plusieurs appels à projets au secteur privé pour améliorer la vie des Français, "par l'innovation", martèle-t-il.


"Ce n'est pas un phénomène de guichet. Il y a des sélections, des réflexions sur la qualité de ce qui est proposée",
Bruno Bonnell, secrétaire général en charge de l'investissement pour France 2030 


"Les projets sont débattus par des jurés, approuvés par des experts. Nous avons 90 experts de la société civile [...] qui interviennent dans des comités de pilotage interministériels", détaille Bruno Bonnell pour aider à comprendre le fonctionnement de ces appels à projet. Ces derniers pourront alors venir de partout en France, et non pas seulement d'Auvergne-Rhône-Alpes. "Ce plan s’adresse notamment aux PME, ETI et territoires émergents qui font preuve d’innovation", énonce Bruno Bonnell. "L'innovation pour tous et partout", rappelle celui qui était député de la sixième circonscription du Rhône jusqu'à fin janvier 2022.

Vue sur les tours Incity, Oxygène et Part-Dieu De Lyon. @WilliamPham

Des objectifs ambitieux

France 2020 remplit alors deux objectifs ambitieux lancés par l'État. "Transformer durablement des secteurs clés de notre économie (énergie, automobile, aéronautique, numérique ou encore espace) par l’innovation et l’investissement industriel" mais également "positionner la France non pas seulement en acteur, mais bien en leader de l’économie de demain. De la recherche fondamentale, à l’émergence d’une idée jusqu’à la production d’un bien ou d’un service nouveau, France 2030 soutient tout le cycle de vie de l’innovation jusqu’à son industrialisation". Cependant, pour cela, il faudra que les entreprises répondent aux appels à projets "qui vont être simplifiés" affirme Bruno Bonnell.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut