Vice de procédure en faveur des sœurs franc-maçonnes

Le 20 novembre dernier, les partisans à la nomination des femmes dans les loges du Grand Orient ont saisi la Chambre Suprême de la justice maçonnique pour contester le vote du 4 septembre. A l’issue de celui-ci, il avait été décidé que les femmes ne pouvaient pas être membres au sein de la loge.

Le 4 septembre dernier à Lyon, 56 % des 1200 délégués de la loge du Grand Orient de France ont voté contre l’initiation des femmes au sein de la franc-maçonnerie. Une décision qui a été validée. Mais la justice maçonnique a statué sur un « vice de procédure » lors de la formulation de la question. En effet, celle-ci avait été reformulée d’une manière non conforme au protocole. Les partisans de la mixité ont alors prétexté ce manquement à la règle pour saisir la Chambre Suprême de la justice maçonnique. Le vote a alors été annulé. Ce qui constitue un fait rare dans l’histoire du Grand Orient. Une réunion qualifiée de secrète doit se tenir dimanche 30 novembre pour planifier un nouveau vote.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut