Régionales : Queyranne ne retient pas Caroline Collomb

Les relations entre Jean-Jack Queyranne et la fédération PS du Rhône continuent de se tendre. Les Lyonnais ont ainsi boudé son meeting de lancement de campagne, samedi, à Clermont-Ferrand. Alors que Caroline Collomb envisage de retirer sa candidature, le président du conseil régional, qui la relègue de plus en plus bas sur sa liste, a confié que son retrait ne le gênerait pas.

Les socialistes lyonnais ont brillé par leur absence lors du lancement de campagne de Jean-Jack Queyranne à Clermont-Ferrand ce samedi. Sur la liste de la métropole, les Lyonnais occupent pourtant les premières places : la 2e pour Caroline Collomb et la 4e pour Sarah Peillon (conseillère régionale sortante). Aucune des deux n'avait fait le déplacement en Auvergne. Pas plus que David Kimelfeld, le premier secrétaire fédéral. Seule une poignée de Villeurbannais sont venus soutenir Jean-Jack Queyranne, accentuant un peu plus le fossé qui se creuse entre le PS et son candidat aux régionales de 2015.

Dans le bras de fer qui s'est engagé, le président sortant de la région ne veut pas céder. Dans L'Autre Direct, il nous a confirmé que Farida Boudaoud, vice-présidente du conseil régional en charge de la culture et exclue du PS pour s'être présentée en dissidente aux municipales de Décines-Charpieu, serait bien en deuxième position. Or les socialistes de la métropole ont fait de la présence de Farida Boudaoud un casus belli. "Le PS doit veiller à être ouvert et accueillant. Le rassemblement ne veut pas dire l'exclusion. Le visage du PS n'est pas de déclarer que tel ou tel sont des parias", répond Jean-Jack Queyranne.

Caroline Collomb rejetée en 6e place

Comme le rappelait Lyon Capitale dans son édition de septembre, Caroline Collomb envisage sérieusement de retirer sa candidature, craignant de ne plus être en position éligible du fait de l'incorporation de Farida Boudaoud et d'autres personnalités de la société civile ou de partenaires politiques. Les états d'âme de l'épouse du maire de Lyon ne semblent pas émouvoir Jean-Jack Queyranne.

"Ma liste sera constituée à 50 % de socialistes et à 50 % de personnes de la société civile. Gérard Collomb a fait pareil lors des municipales et il y avait parfois moins de 50 % de socialistes. Caroline Collomb a sa place sur nos listes. À elle de choisir. Elle envoie plein de messages pour dire qu'elle ne veut pas venir. Elle ne m'a pas montré une grande envie de participer", confie Jean-Jack Queyranne. Le président de la région s'active aussi pour la faire redescendre encore plus bas sur sa liste. Il souhaite ainsi intégrer Anne-Sophie Condemine, élue centriste à la Ville de Lyon, entre Farida Boudaoud et Caroline Collomb.

Le PS lance un ultimatum à Queyranne

Ces déclarations ne devraient pas apaiser les tensions entre le président du conseil régional, qui brigue un troisième mandat, et la fédération PS du Rhône. Depuis la fin de semaine dernière, le PS local, devant la fermeté de Jean-Jack Queyranne, serait passé, d'après Le Progrès, aux menaces. Si le seuil des 50 % de socialistes sur la liste n'est pas atteint, la fédération refusera de participer à la campagne tant en ce qui concerne les moyens logistiques que financiers.

à lire également
2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 7 septembre 2015

    'ha si tous les Hommes de bonne volonté voulaient bien se tenir la main'... mdr.

  2. SophieV - 8 septembre 2015

    Nous non plus, on ne retient ni Caroline Collomb, ni personne... ces luttes de pouvoir et d'égos alors que les français ont bien d'autres préoccupations sont indécentes. Il faut doubler les cadences du C2 bondé du matin au soir, en voilà une vraie préoccupation pour tous les usagers de la ligne matin et après 17h.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut