Cérémonies perturbées à Lyon,"du négationnisme" pour Carenco

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, ne décolère pas après les perturbations qui ont émaillé les cérémonies de commémoration du 70e anniversaire de l'arrestation de Jean Moulin. Il parle de "négationnisme" et estime que ces éléments radicaux ont fait "un bras d'honneur aux anciens déportés présents".

Ce vendredi soir, le préfet du Rhône a réagi très vivement après que certains opposants au mariage pour tous ont perturbé la cérémonie de commémoration des 70 ans de l'arrestation de Jean Moulin ce matin, en présence de Jean-Marc Ayrault. Ceux-ci ont hurlé des slogans anti-Hollande et sifflé durant le Chant des marais, composé par les premiers déportés allemands.

Des actions inadmissibles, selon Jean-François Carenco, qui s'est confié à Lyon Capitale. "C'est du négationnisme pur et simple. Il s'agit presque d'apologie du nazisme", a-t-il violemment condamné, visiblement très affecté. "Avec une action de ce genre, ces personnes viennent de montrer leur vrai visage et vers qui leur sympathie allait. Vers ceux contre qui nous célébrions justement la lutte aujourd'hui", a-t-il ajouté, très en colère.

Jean-François Carenco a avoué ne pas s'attendre à ce qu'un évènement de cette nature puisse être la cible de telles actions. Et de s'emporter : "On n'a pas le droit de faire ça devant tous les anciens déportés qui étaient présents. On n'a pas le droit de faire ça devant ceux qui sont sortis des camps d'Auschwitz ou de Dora. Aujourd'hui, c'est comme si on leur avait fait un bras d'honneur." Aux yeux du préfet, ces éléments radicaux viennent de se couvrir de discrédit.

Lire aussi :

La cérémonie Jean Moulin perturbée par la Manif pour tous

Jean Moulin, la Manif' pour Tous ne regrette pas

à lire également
11 commentaires
  1. Sophie_Lyon - 21 juin 2013

    Je ne décolère pas non plus ! ce qu'il s'est passé est honteux; un manque de respect, manque de culture, manque de tolérance vis à vis des anciens résistants, un égoïsme incroyable envers ceux qui ont payé le fascisme de leur vie. Une honte, tout simplement pour les soit disants défenseurs des droits des enfants; les enfants n'étant que des alibis à un pétainisme rampant. J'espère que cette action finira de les discréditer.

  2. grandlyonnaise - 21 juin 2013

    Une carencolade de plus ! qu'il aille voir à Montpellier si l'air est meilleur ... !on ne va pas le pleurer

  3. Kasneh - 22 juin 2013

    Quant on montre la lune certains ne voient que le doigt. C'est bien le gouvernement actuel qui est visé dans ces manifestations et non pas telles ou telles associations.

  4. Martin de Givors - 22 juin 2013

    ...'Jean-François Carenco a avoué ne pas s'attendre à ce qu'un évènement de cette nature puisse être la cible de telles actions'... Non seulement ce type de manifestation est inadmissible dans de telles circonstances, mais que les services de police fassent preuve d'une telle ''inconséquence'' pour prévenir ce type d'incident pose aussi le problème de l'autorité, voire de la compétence, du Préfet pour faire face à ses obligations de sécurité...

  5. guidoline - 22 juin 2013

    Le Préfet réaliserait-il enfin que les groupuscules fascistes se croient tout permis à Lyon ? Qu'attend-il pour agir ?

  6. Epsilon - 22 juin 2013

    Les gens n'ont plus de limite, l'individualisme a encore de beaux jours devant lui. C'est du mé-civisme par excellence : des personnes cherchent n'importe quelle excuse pour faire n'importe quoi. Comme ceux qui jettent leurs papiers par la fenêtre en disant 'je paye des impôts', comme ceux qui crachent par terre, qui roulent n'importe comment, qui fraudent le fisc...

  7. Marc Fd’A - 22 juin 2013

    Qui es tu Carenco pour dénoncer ? Dans ma famille, au XX ° siecle, nous avons été dénoncé à des fins politiques. Ma famille a été résistante ! Et a payé cher. Avec tes gants blancs qui es tu pour donner des leçons d'histoire et de démocratie ? Carenco, tu n'es qu'un petit général d'une toute petite division ! Occupes toi du chômage, de l'insécurité et ne cherche pas toujours à te faire briller auprès de Valls. Tu seras perdant à lyon ou Montpellier ! On ne lâche rien !

  8. Epsilon - 23 juin 2013

    Un préfet qui s'occupe du chômage? Vous venez de quelle planète Marc? Les gens qui vous demandent de crier 'on ne lâche rien' semblent s'ingénier à vous maintenir dans l'ignorance...

  9. mirou69 - 23 juin 2013

    Le Préfet Carenco a raison. Cette action imbécile à Lyon, capitale de la résistance, est pitoyable. Tout et n'importe quoi n'est pas permis. J'espère que le coupable sera châtié. En 1793 on l'aurait décollé pour moins que ça! N'est-ce pas Mme Ludivine de........ machin chose?

  10. Kasneh - 24 juin 2013

    Pour mirou69. L'exemple révolutionnaire n'est pas le meilleur. Lyon comme Bordeaux et d'autres régions ont gravement souffert de la révolution de 1789. A la fin de la terreur en 1793, Lyon avait perdu 50.000 habitants sur ces 150.000: décapités, fusillés, déportés, en exil... La Royauté, c'est un millénaire d'histoire.La République qu'un peu plus de 200 ans.

  11. Sophie_Lyon - 24 juin 2013

    La royauté c'est plus de mille ans d'arbitraire, de famines, d'assassinats, d'esclavage.....des millions de morts au final.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut