L'aéroport Lyon Saint-Exupéry extension T1

L'aéroport Lyon Saint-Exupéry se dote d'un nouveau terminal

Ouvert au public depuis mardi, le terminal 1B de l'aéroport rhodanien a été inauguré en grande pompe ce samedi par Elisabeth Borne, ministre des Transports et Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur.

Les travaux sont terminés à l'aéroport Saint-Exupéry. Le terminal 1B est enfin sorti de terre. Il a été ouvert au public ce mardi, avant son inauguration en grande pompe ce samedi. La ministre des Transports, Emmanuelle Borne, avait fait le déplacement à Lyon pour l'occasion, accompagnée de Gérard Collomb, de passage sur ses terres pour l'élection du nouveau comité syndical du Sytral. "Être relié aux grandes villes du monde est capital pour une métropole comme Lyon", a déclaré l'ancien maire de la ville en présence de son successeur à la tête de la Métropole, David Kimelfeld.

Un investissement de 215 millions d'euros

Les 70.000 m2 du nouveau terminal ont été construits dans la continuité de l'ancien. Ils représentent l'aboutissement de trois ans de travaux et 215 millions d'euros d'investissement, soit le double du budget initial. Ce nouveau terminal doit permettre au 3e aéroport français (derrière Paris-Orly et Nice) de passer le cap des 15 millions de passagers annuels dans les années 2020 (9,5 millions en 2016). Pour l'heure l'installation de commerces (Starbucks, Burger King, Fnac...) a permis de crée 200 emplois selon la communication officielle. Et d'offrir 1400 m2 d'espace duty-free aux passagers.

Les engins de chantiers ne resteront pas au garage bien longtemps. Après la démolition prochaine de l'ancien terminal 3, le terminal 1 sera réaménagé à l'horizon 2020.

 

à lire également
Nathalie Perrin-Gilbert, à l’hôtel de ville de Lyon – novembre 2018 © Tim Douet
Gérard Collomb a fait l’impasse, comme depuis quatre ans, sur les vœux du 1er arrondissement. Un choix qui lui a permis de s’éviter une charge sévère contre son modèle lyonnais. Sur l’estrade, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire de l’arrondissement, s’en est surtout servie pour présenter son contre-modèle : plus participatif, moins porté sur le béton et le marketing territorial.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut