@ UTMB / Pascal Tournaire

UTMB : comment l'événement mondial du trail est écolo-compatible

L'UTMB, plus gros événement du trail mondial, se veut exemplaire en matière d'environnement.

Comment gérer 10 000 coureurs, 2 000 bénévoles, 17 000 accompagnants et 50 000 visiteurs sur 18 communes ? Pour l'UTMB, l'événement de trail-running le plus réputé de la planète, le défi est de taille.

L'enjeu : la préservation des espaces naturels de la vallée du Mont-Blanc, située dans un écrin naturel exceptionnel avec neiges éternelles, glaciers, alpages, forêts, lacs d’altitude et zones humides. Sur ce territoire, on retrouve deux sites classés : le massif du Mont-Blanc, le plus vaste de la région Rhône-Alpes avec 26 000 hectares et le balcon du Mont-Blanc, 470 hectares au-dessus du village des Houches, face au mont Blanc. Le territoire de la vallée de Chamonix est où que vous soyez ces paysages sont à la portée de votre regard. Plus de 90 % du territoire de la vallée de Chamonix sont concernés par une mesure de protection.

Dès la 1re édition, le recours à l'hélicoptère pour le transport de journalistes est banni.  En 2005, une pochette déchets est distribuée aux coureurs.  En 2006, une commission environnement est spécialement créée, avec pour mission d’identifier les risques engendrés par la manifestation. En 2008, le gobelet personnel pour les coureurs est inclus dans le matériel obligatoire. En 2011, chaque coureur se voit remettre, avec les dossards, trois sachets pour les papiers souillés. La même année, le nettoyage complet des sentiers est réalisé avant et après l’évènement.

Question transports, dès la 2e édition, l'organisation a mis en en place des transports en commun pour le public et les accompagnants. Des navettes gratuites sont mises à la disposition des coureurs deux ans plus tard pour rejoindre le départ des courses.  En 2012 est signée la  charte du "plan climat-énergie territorial"de la communauté de communes de la vallée de Chamonix-Mont-Blanc.

15 engagements écoresponsables

UTMB Ultra trail
©UTMB / Pascal Tournaire

En 2017, date repère pour l'UTMB, l'organisation s’engage, aux côtés de 19 autres grands organisateurs d'évènements sportifs, à respecter 15 engagements écoresponsables sous l'impulsion du WWF France et du ministère des sports :

• 50 % minimum d’alimentation responsable
• 80 % minimum des déplacements effectués en mobilité active, transports en commun ou covoiturage
• 80 % des achats intégrant des critères de sélection RSE
• 25 % de déchets en moins et 60 % de déchets réutilisés, recyclés ou valorisés
• 100 % des sites naturels respectés
• 100 % de la consommation d’énergie et d’eau maîtrisée et optimisée
• 100 % des sites dédiés au public, accessibles aux personnes en situation de handicap
• 1 action (au moins) favorisant l’accessibilité à des personnes défavorisées
• 1 innovation "écoresponsable" (au moins) expérimentée lors de l’événement
• 1 ou plusieurs champion(s) sportif(s) ambassadeur(s) de l’éco-responsabilité mobilisé(s) pour l’événement ou pour la discipline considérée
• 100 % des bénévoles valorisés
• 1 engagement (au moins) dans une cause solidaire
• 1 action (au moins) favorisant la parité femme/homme dans les postes à responsabilités
• 1 référent "développement durable" identifié dans l’organisation
• 1 action ou 1 programme (au moins) de sensibilisation à l’écoresponsabilité.

Le 5 juin dernier, l'ONU a reconnu l'initiative à l'occasion du "Sports for climate action".  L'UTMB et le WWF France ont officialisé un partenariat avec pour objectif principal, la conciliation des activités liées au trail avec les enjeux environnementaux des territoires du Mont-Blanc. Au-delà du travail de réduction de l’impact environnemental de l’UTMB, ce partenariat vise à prouver qu'un grand événement international peut promouvoir le respect de l'environnement par son exemplarité et participer au développement durable de son territoire.Pour Isabelle Autissier, présidente de WWF France, "deux ans après la signature par l’UTMB de la charte des 15 engagements éco-responsables du WWF France et du Ministère des sports, nous sommes fiers de nouer aujourd’hui un partenariat pour accompagner plus encore l’UTMB dans sa démarche environnementale. Ensemble, nous allons démontrer qu’il est possible de concilier excellence sportive et exemplarité environnementale. Protéger notre planète est une course de longue haleine et nous avons besoin des grands acteurs du sport pour relever ce défi !"

Le maire de Chamonix, Eric Fournier, se "réjouit vivement" du partenariat. Chaque année, l'UTMB rapporte plus de 7,5 millions d'euros de retombées économiques selon Catherine Poletti, boss de l'UTMB, interrogée par Lyon Capitale. Réparties sur la semaine de courses, elles représentent 1 million d'euro par jour. "Une image parle d'elle-même : jusqu'en 2008, la dernière semaine d'août, les hôtels pratiquaient des tarifs de saison basse. Depuis 2008, les tarifs sont ceux de saison haute, voire très haute. Le directeur de l'Office de tourisme de Chamonix dit d'ailleurs que c'est désormais l'une des deux semaines les plus chargées de l'année." dixit Catherine Poletti.

Quand environnement et business font bon ménage.

En chiffres

60m3 de déchets collectés et triés à Chamonix
100 000 gobelets jetables économisés
25 % déchets papiers souillés
55 % déchets alimentaires non organiques 
Nettoyage de l'intégralité du tour du Mont-Blanc avant et après chaque course
à lire également
Sur les 369 coureurs qui prendront le départ, samedi 29 juin, de la Western States Endurance Run, le plus ancien 100 miles et l'un des ultra-trails les plus rapides du monde, cinq Français, dont trois de la région, se frotteront à Jim Walmsley, champion en titre et détenteur du record de l’épreuve.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut