Test du réseau Free Mobile : les antennes lyonnaises fonctionnent parfaitement

Alors que les cafouillages et autres bugs des inscriptions semblent être résolus, voici le temps de l’arrivée des cartes SIM chez les premiers abonnés. Inscrite mercredi matin aux alentours de 8h, la rédaction de Lyon Capitale a pu tester le réseau de Free Mobile durant ce week-end. Voici nos premiers résultats.

Màj 2 du 18 janvier à 17h50 : Nos confrères d'ElectronLibre ont contacté Pierre Louette directeur général adjoint, secrétaire général du groupe France Télécom qui a confirmé que qu'il n'y avait aucun problème avec le réseau Free Mobile sans apporter plus de précision. De notre côté, nous pouvons toujours nous connecter à l'antenne placée à proximité des locaux de Lyon Capitale.

Màj : suite à un article du Figaro : "Free Mobile : des opérateurs envoient les huissiers", affirmant que les antennes de l'opérateur ne fonctionneraient pas, nous avons réalisé de nouveaux tests. Ils sont tous concluants et même surprenants. Lors de plusieurs mesures de vitesse, avec l'itinérance des données désactivées pour être connecté uniquement sur le réseau Free et non Orange, nous sommes parvenus à obtenir à trois reprises un débit descendant de 9000 kbps, ce qui est exceptionnel. Cependant, la moyenne des autres tests se situe toujours entre 2000 et 4000.

"Ne vous abonnez pas chez Free. Ils n’ont pas de réseau et votre portable ne captera pas là où il n’y a pas d’antenne" : cette phrase, nous l’avons entendue à plusieurs reprises de la part d’autres opérateurs. Jusqu’à présent, faute de test précis, les consommateurs étaient dans le flou : le réseau Free Mobile allait-il être une catastrophe ? Bien que cela ne soit pas lié, les problèmes survenus lors des inscriptions n'avaient rien pour rassurer. Pourtant, une fois la carte SIM logée dans notre téléphone Samsung Galaxy S 2, le constat est sans appel : Free Mobile fonctionne parfaitement et les débits de la 3G sont largement supérieurs par rapport à ceux de certains concurrents.

Une simple enveloppe distribuée par le facteur

Une fois l’inscription effectuée, la carte SIM nous est parvenue dans une simple enveloppe distribuée via le circuit classique. Aucune signature ne fut demandée. Compatible avec tous les formats des marchés, la SIM s’adapte automatiquement pour être logée dans n’importe quel mobile. Par la suite, il suffit simplement de l’activer sur le site mobile.free.fr. L’opération fut instantanée, et nous voilà immédiatement sur le réseau de Free. Pour ceux qui ont choisi la portabilité du numéro, ils se retrouveront avec deux lignes jusqu’à ce que le changement soit effectué. Ainsi, pour ces derniers, il est pour l’instant possible d’émettre des appels ou SMS, recevoir de la data, mais ils ne sont pas encore joignables directement sur leur ligne Free ; l’appel étant transféré sur l’ancienne carte SIM du précédent opérateur. En cas de souci de configuration, un outil automatique a été mis en ligne sur le Market Android. Pour les autres, une FAQ permet d’effectuer rapidement des réglages sans passer par le service après-vente. Un suivi pas à pas des consignes permet de résoudre la majorité des problèmes. Dans tous les cas, il est nécessaire d’activer l’itinérance des données pour pouvoir utiliser le réseau Orange là où les antennes Free ne sont pas encore installées. Frontaliers, attention à ne pas vous connecter par mégarde chez un opérateur étranger.

Merci Orange ?

Sans Orange, le Réseau Free ne serait pas pleinement opérationnel et ne couvrirait pas toute la France. Fort d’un accord estimé à plus de 1 milliard d’euro, les abonnés du nouvel opérateur présents dans des zones non desservies, transiteront automatiquement via celui de l’acteur historique. Alors que l’on craignait des bugs ou un passage difficile du réseau Free à celui d’Orange, il n’en est rien. Les deux acteurs ont fait un excellent travail et permettent ainsi une utilisation sans accroc. En jouant le jeu et si cela perdurerait, Orange pourrait bien s'offrir une campagne de publicité aux frais de Free et renforcerait un peu plus son image d’opérateur sérieux et de confiance. Les éventuels déçus de Free partiront-ils par la suite vers l’opérateur historique ? La question méritera d’être étudiée d'ici quelques mois.

D’excellents débits

Sur Lyon et aux alentours, dans le cas d’une connexion sur une antenne Free ou Orange, les débits descendants se sont situés plusieurs fois entre 2500 et 5 000 Kbps tandis que le débit montant tournait entre 1000 et 2000 Kbps. Ainsi, Orange propose pour l’instant le même débit que ses abonnés à ceux de Free lorsqu’ils transitent sur son réseau. Aucune différence notable de vitesse de la 3G+ est à relever entre deux lignes de deux opérateurs concurrents transitant par la même antenne Orange. A titre de comparaison, les débits de SFR sont sensiblement équivalents, tandis que ceux de Bouygues se sont retrouvés plusieurs fois en-dessous (entre 1000 et 2000 Kpbs en descendant, autour 1000 Kpbs en montant). Le bonnet d’âne est cependant décerné à Virgin Mobile, qui transite par le réseau Orange, mais propose des débits régulièrement inférieurs à 1000 kbps en descendant.

Comme une autoroute déserte

Attention, tous ces résultats sont à nuancer. Réalisées à l’aide de l’application Speedtest sans tenir compte de la position des antennes, ces mesures et moyennes sont données à titre purement indicatif et ne peuvent révéler quelle sera la réalité lorsque le réseau Free accueillera des millions d’abonnés. Seuls des tests plus poussés pourront mettre en avant qui a les meilleurs débits. Actuellement, faute de nombreux utilisateurs simultanés, il s’agit surtout d’une autoroute sans circulation où la seule limite est celle du moteur de la voiture, en l’occurrence le mobile. Nous ne pouvons tirer que deux conclusions : pour l’instant, les débits permettent une utilisation souple de l’Internet Mobile, l’itinérance avec Orange fonctionne bien et permet d’avoir des débits équivalents à ceux des abonnés de l’opérateur historique. Nos premiers tests du réseau Free Mobile sont donc concluants et devront être confirmés avec le temps et l’augmentation des utilisateurs.

4 commentaires
  1. eilage - 16 janvier 2012

    Bien joué Free Mobile !!Maintenant même les opérateurs historiques s'alignent sur leurs tarifs !!!Comme quoi ils avaient de la marge, ils se sont bien gavés sur notre porte monnaie !C'est décidé, même à prix comparable, je file chez Free pour les remercier d'avoir fait bougé les lignes en matière de téléphonie, et pour avoir apporté plus de pouvoir d'achat aux français que le quinquennat de l'UMP !!!!!!!

  2. jeanrace - 16 janvier 2012

    Il est clair que distinguer le coût d'acquisition du mobile et celui du forfait ne peut rendre la facture que plus lisible 🙂 A mon sens pour ceux qui ne voient pas d'inconvénients à acheter un téléphone d'occasion, cela pourrait bien être la meilleure solution et meilleur rapport qualité/prix. Je m'explique connaissant le prix de son forfait illimité(15.99EUR abo Free) et le coût de mon dernier achat: un Samsung Galaxy S2 trouvé sur http://e-telmobile.com à 220EUR dans un état quasiment neuf le calcul a été rapide. Si on étalonne les sommes sur 12 mois: (15.99*12)+220=412euros soit 34EUR/mois pour un forfait tout illimité Free + un Samsung galaxy S2(dont je suis réellement propriétaire) Qu'en pensez vous? Après certain sont spéciaux et risquent de me dire :'je ne veux pas avoir le téléphone d'un autre...''A mon sens état quasi neuf un coup de désinfectant et c'est tout bon :p

  3. Olivia - 16 janvier 2012

    Entrée fracassante sur le marché de la téléphonie mobile de la part de Free, qui a cassé les prix au dela de toute espérance, merci à eux !Au niveau des téléphones mobiles j'ai du mal à comprendre pourquoi personne ne parle des téléphones d'occasion, j'ai trouvé un Samsung galaxy S2 à 250€ sur http://freemobileiphone.net et il est dans un état neuf, arrêtez de faire les pigeons et achetez d'occasion ! 🙂

  4. PERHAPS - 16 janvier 2012

    pour moi c'est fait aussi - no problem Ils sont vraiment des pionniers ....

  5. kenobilles - 17 janvier 2012

    Test de débit avec itinérance data désactivée ? Mouarf ! Ce qui est bien, c'est qu'on peut toujours raconter n'importe quoi en mettant un terme pseudo technique au milieu pour que les gens pensent que c'est sérieux et fiable.

  6. dany69 - 26 janvier 2012

    à Kenobilles qu'est-ce qu'y t'embête dans cette phrase ? Test de débit avec itinérance data désactivée Les gens sont étonnés que les opérateurs se font de la marge c'est incroyable quand même ! toutes les entreprises se font de la marge. Imaginez celles qui ont le monopole : SNCF, EDF, GDF où celle qui sont à la mode : Apple (tiens d'ailleurs Apple bat tous les records de bénéfice, àcroire qu'il y a beaucoup de pigeons sur terre ....)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut