SFR propose la 4G à Lyon avec 120 antennes branchées mais oublie d'augmenter son fair use

Malmené par la concurrence, SFR a choisi de réagir avec la téléphonie de la quatrième génération. L’opérateur au carré rouge croit en cette évolution technologique et va tout faire pour l’imposer. Ainsi, dès le 29 novembre, les Lyonnais disposant d’un forfait et un mobile compatibles peuvent se connecter en 4G à Lyon.

Depuis janvier 2012, le quotidien de SFR n’est pas simple. L’opérateur n’est jamais parvenu à proposer une alternative crédible à Free Mobile et autres forfaits à petits prix, multipliant les erreurs et approximations avec Red ou Joe Mobile. Les provocations et les attaques publicitaires sur le réseau de Free Mobile n’y ont rien changé. La marque au carré rouge peine à recruter des nouveaux abonnés et empêcher les siens de partir, tandis que le revenu moyen par client tend à baisser. Dès lors, SFR est à la peine. L’opérateur vient d’annoncer la suppression de 1 123 postes, avec plan de départ volontaire, mais aussi la création de 267 emplois.

La 4G pour se relancer

Dans ce contexte difficile, et après l’échec de Joe Mobile, SFR sort l’arme de la 4G pour convaincre ses clients. L’opérateur met les bouchées doubles, avec campagne d’affichage massive et publicités télévisées portées par Gad Elmaleh. Ainsi, Lyon est la première ville de France entièrement couverte en 4G avec réseau ouvert à la commercialisation. Montpellier suivra le 18 décembre 2012, tandis que les habitants de Lille, Marseille, Strasbourg et Toulouse devront attendre le 1er semestre 2013.

Dans les faits, SFR a déjà déployé ses antennes sur Lyon, annonce un débit théorique de 100 mégabits seconde en téléchargement et 37 mégabits seconde en débit montant. Le temps de réponse est, pour sa part, à 40 millisecondes.

De notre côté, nous avons testé le réseau de SFR pendant plusieurs semaines. Sur un réseau encore fermé à la commercialisation, et donc quasi vide. Nous avons relevé des débits moyens autour de 70 mégabits seconde en téléchargement, et 10 mégabits par seconde en débit montant. Le temps de réponse se situe autour de 40 millisecondes. Comme avec les autres opérateurs, les débits relevés seront à confirmer dans le temps, notamment lorsque plus d’abonnés seront connectés en simultané sur les antennes. Ils ne sont donc pas révélateurs de la future réalité.

Par ailleurs, les antennes de SFR émettent, pour le moment, sur la fréquence de 2 600 Mhz, ce qui empêche parfois d’avoir des bons débits à l’intérieur. La marque au carré rouge teste également, à Lyon, la fréquence de 800 Mhz pour savoir si elle brouille la TNT, mais les clients ne pourront pas l’utiliser avant plusieurs mois.

Des offres commerciales de 49,90 à 139.99 euros

Résolu à porter la 4G, SFR propose des forfaits compatibles avec sa gamme Carré, depuis la rentrée. Elle s’échelonne de 49.99 à 139.99 euros par mois (prix comprenant un mobile, avec engagement de 24 mois).

Ces offres ne seraient rien sans les mobiles qui vont avec. Ainsi, SFR a opté pour 3 smartphones acceptant la 4G : le Motorola Razr HD, le Samsung Galaxy SIII, proposés tous les deux à partir d’un euro avec engagement de 24 mois, et le HTC One Xl, vendu à partir de 49,90 euros (engagement de 24 mois).

Le problème du Fair use

Malheureusement, SFR ne va pas au bout des choses et laisse penser que les utilisateurs de la 4G auront les mêmes usages qu’avec la 3G. Ainsi, l’opérateur propose des forfaits dotés de seulement 2 Go à 6 Go de fair use par mois, (limite de données que peut utiliser l’abonné). Pire, la connexion est coupée une fois le palier atteint et il est nécessaire de repasser à la caisse pour retrouver Internet. Les clients risquent donc d’avoir des surprises, puisque lors de nos tests, il nous a fallu seulement 10 minutes pour arriver à 2 Go. Il suffira donc d’une demi-heure et le téléchargement d’un film en HD pour ne plus pouvoir utiliser sa connexion.

De son côté, pour les pros, Orange a opté pour une limite de 15 Go, qui commence à être intéressante et permet de nouveaux usages. Cependant ; les opérateurs sont encore timides. A l’étranger, il n’est pas rare d’avoir 30 Go par mois, histoire d’être tranquille.

Au final, tant que SFR se bornera à proposer des petits fair use, la 4G ne pourra pas être considéré comme autre chose que du pur marketing. Pour promouvoir la technologie, SFR vante les mérites de l’application Tango qui permet d’avoir « des surprises et des jeux gratuits » durant les conversations. Un exemple qui résumé bien la situation. Avec un fair use limité, la 4G n’est qu’un simple argument publicitaire.

1 commentaire
  1. caminel - 29 novembre 2012

    Les prix des forfaits indiquent qu'il s'agit plus d'une technologie destinée aux entreprises qu'aux particuliers. Au passage, il faut rappeller que ce type de connexion se partage par le nombre de mobinaute qui se connectent. Plus il y a de personnes qui se connectent, plus le débit se reduit... Après la 4G, ce sera quoi ? la 5G je suppose... Un bon article sur ce sujet également : http://www.silicon.fr/sfr-inaugure-la-4g-donnees-et-voix-a-lyon-81436.html

  2. gone63 - 30 novembre 2012

    On va une nouvelle fois attendre que Free vienne secouer le cocotier, avec un peu de retard car ils doivent d'abord densifier leur réseau d'antenne, mais ils seront la en 4G 2600 sur Lyon en 2013/2014

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut