préfecture

Le Rhône récompensé par le label "Territoire numérique libre"

Les logiciels "open source", longtemps considérés comme chasse privée des férus d'informatique, séduisent davantage, et même jusque dans les collectivités. Le 21 décembre, le Rhône recevait une récompense du label "Territoire numérique libre" niveau 3, qui valorise l'investissement dans des logiciels libres.

Les logiciels libres sont-ils l'avenir de l'informatique ? Question qui mérite qu'on s'y attarde, d'autant que l'on constate qu'ils séduisent les collectivités, et même l’État. Depuis février 2014, la région, à l'époque Rhône-Alpes, investissait dans les logiciels libres et s'engageait à les utiliser davantage. Aujourd'hui, c'est le département du Rhône qui a reçu le label "Territoire numérique libre" niveau 3. Le label est gradué à cinq niveaux. Le but , favoriser l’utilisation des logiciels libres, les promouvoir, encourager la mise à disposition des données publiques et faciliter les échanges grâce à l'utilisation de formats ouverts.

Concrètement, quelle avancée ?

Cette distinction salue notamment la mise en place de l'application "Rhône + Notaires". L'application offre un service numérique permettant aux notaires du département de simplifier les demandes d'aides sociales et les droits de succession. Elle a rencontré un franc succès depuis son lancement en novembre 2016. Les codes et algorithmes de l'application ont été mis à disposition, pour toutes les autres collectivités désireuses de l'utiliser. "C'est une belle avancée", constate François Aubriot, directeur de DotRiver. "Un des avantages, c'est de pouvoir mutualiser. C'est-à-dire que si plusieurs collectivités utilisent une application libre, au lieu de payer chacune une licence à un éditeur, elles pourront toutes participer aux financements, s'il faut améliorer certaines fonctionnalités." Un intérêt financier, mais aussi un avantage quant à l'indépendance. En utilisant des logiciels libres, les collectivités ne seront plus pieds et poings liés à un éditeur, mais pourront choisir la société qui s'occupera de la gestion du logiciel. François Aubriot constate que l’État est plus enclin à faire usage de logiciels libres, il espère que désormais, toutes les collectivités, dont certaines sont encore timides, vont s'en inspirer, et ainsi développer l'utilisation des logiciels en open source.

à lire également
Ce qui a été jusque là considéré comme une fugue est désormais qualifié de disparition inquiétante. Les gendarmes recherchent une jeune adolescente de 16 ans.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut