Romain Loursac : "Au LOU, tout le monde gonfle des joues"

Après une longue blessure aux ischio-jambiers, Romain Loursac a enfin disputé son premier match de Top 14 le week-end dernier. Avec 12 points et une victoire à la clef. Dans sa deuxième chronique, l’arrière du LOU revient également sur l’épidémie de parotidite qui touche le club lyonnais. Non sans humour.

"Avant le match contre le Stade Français (19-6), j’étais assez stressé. D’habitude, je suis plutôt détendu avant les matchs. Mais là, c’était mon premier match en Top 14, on avait l’obligation de victoire, beaucoup de pression, on jouait à la maison, c’était la reprise pour moi. J’appréhendais un peu. Je languissais de reprendre.

C’est frustrant de voir les copains jouer et d’être coincé devant sa télévision. Avec le staff médical, on a bien fait attention de ne pas reprendre trop tôt. J’ai une fragilité au niveau des ischio-jambiers, il ne fallait pas que je "re-pète". A partir de la 50ème minute, j’avais les mollets qui commençaient à se raidir. Mais je suis plutôt content, je suis sorti à la 72ème, je ne pensais pas tenir autant. Première réussie.

"On a une épidémie de parotidite"

Tout va bien au club, à part que tout le monde gonfle des joues (rires). On a une épidémie de parotidite. C’est très contagieux, ça s’est répandu très vite. Le matin, on se regarde tous dans le miroir en se levant. Au début, on le prenait à la rigolade mais aujourd'hui, ça nous inquiète un peu plus. J'espère que tout va vite revenir dans l'ordre car ça commence à devenir sérieusement handicapant pour les joueurs malades et pénalisant pour nous de perdre autant de joueurs.

J’ai regardé Real-OL, Madrid c’est compliqué. 4-0, c’est lourd quand même. Après, je pense qu’ils ont un peu lâché dans la tête en deuxième mi-temps. Il manquait Maxime* (Gonalons) aussi (sourire)."

*Maxime Gonalons est également chroniqueur sur lyoncapitale.fr

Lire aussi : la première chronique de Romain Loursac

- La chronique de Maxime Gonalons

- La chronique d'Edwin Jackson

à lire également
Les rugbymens lyonnais se sont imposés avec la manière contre le Racing 92 (32-11), ce samedi soir, à Gerland. Après une campagne européenne ratée, les hommes de Pierre Mignoni se positionne déjà dans la course aux six places qualificatives pour les phases finales. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut