Rémi Garde : "On est prêt"

A quelques heures de son entrée en Ligue des Champions, face au Rubin Kazan (mardi à 20h45 à Gerland), Rémi Garde ne cache pas son envie pour ce rendez-vous, ô combien important. Le coach de l'OL, qui s'attend à une opposition musclée, a toutefois confiance en ses hommes.

Quelles sont les caractéristiques de cette équipe du Rubin Kazan ?

C'est une équipes très bien organisée tactiquement, très rigoureuse. Elle a une bonne assise défensive, je dirais même que cette équipe prend un malin plaisir à défendre. Il faudra être très vigilant.

On a le sentiment que l'OL fait preuve d'une certaine humilité à l'approche de ce rendez-vous...

Humilité, je ne sais pas. Simplement, on est réaliste. On pense avoir quelques idées pour forcer la qualification. C'est un adversaire qu'on respecte.

Dans quel état physique se trouve votre formation qui a dépensé pas mal d'énergie face à Ajaccio ?

On est dans un état physique correct. On a laissé plus de forces qu'on l'imaginait contre Ajaccio. On a répété des matches amicaux de hautes volées tous les trois jours, on avait eu du répondant. Trois semaines plus tard, on en est au même point. On est prêt.

Après Nice et Ajaccio, vous allez connaître une nouvelle première sur le banc lyonnais, cette fois-ci, un match de Coupe d'Europe...

Ça fait beaucoup de premières ! (Rires). Je ne vais pas utiliser la langue de bois, je suis très content. Mais bon, mon cas personnel passe après celui du club. J'ai beaucoup de plaisir à vivre ces moments. A surtout les vivre collectivement.

Certes, mais il y a une forte pression sur l'OL...

La pression est là, je l'accepte. Cette pression peut être positive, elle peut permette de se sublimer. L'ambiance mardi à Gerland et le souhait de tout le monde de réussir à faire une bonne opération peut nous galvaniser.

à lire également
Ynfluences Square – Lyon, Confluence © Tim Douet
Si la Confluence attire tous les regards, Gerland, Vaise ou encore le Carré de Soie sont le théâtre d’importants programmes immobiliers. Prisés des nouveaux arrivants, ces quartiers autrefois peu attirants sont-ils devenus de bons placements ? Pierre-Yves Desgoutte, directeur commercial chez BPD Marignan, explique pourquoi il en est convaincu.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut