OL : une première manche réussie

Mené dès la 3ème minute, l’OL a refait surface et s’est imposé, mardi soir, 3 buts à 1 contre le Rubin Kazan. Les Gones devront confirmer mercredi prochain lors du match retour en Russie.

L'Olympique lyonnais était prévenu : le Rubin Kazan avait fait le -long- déplacement en terre rhodanienne non pas pour visiter la basilique de Fourvière ou pour se déambuler dans les rues pavées du Vieux Lyon mais bel et bien pour s'imposer à Gerland. Rugueux défensivement, bien organisés tactiquement, les Russes se montrent d'entrée de jeu dangereux et monopolisent le ballon aux hommes de Rémi Garde. A peine trois petites minutes de jeu et le Kazan sème la panique dans la défense lyonnaise. Sûrement la tête ailleurs, Lovren oublie Dyadyn qui peut tranquillement ouvrir la marque (0-1, 3e). Lyon est cueilli à froid. Une nouvelle fois sur coup de pied arrêté. On commence à se demander si cet OL version 2011-2012 ne prend pas un malin plaisir à se faire peur sur son pré de Gerland. Le milieu de terrain rhodanien connaît quelques difficultés et pénalise l’équilibre de l’équipe lyonnaise.

Bastos se réconcilie avec le public... Jimmy Briand aussi !

La bande à Garde tente de réagir. Difficilement. Kazan veille au grain même si les visiteurs laissent de nombreuses espaces. Les Gones n'abdiquent pas et se voient récompensés de leurs efforts. Gomis remet les équipes à égalité grâce à une belle volée (1-1, 10e). Lyon revient dans la partie. Le public pousse et encourage les siens. Michel Bastos compris. En 45 minutes, le milieu offensif brésilien a retourné la situation en sa faveur. Vilipendé par Gerland après ses propos tenus dans un média italien (lire ici), le numéro 11 de l'OL désireux de se racheter, s'est démené comme un lion, mardi soir, et le public lyonnais lui a pardonné. Face à un gardien russe, un dénommé Ryzhikov, qui aurait largement sa place en Division d’Honneur -et encore- l’armada lyonnaise met à mal l’arrière-garde du Kazan.

Lisandro, une nouvelle fois omniprésent

Lyon continue de pousser et réussit à creuser la marque suite à un tir de Gomis, très en jambes, détourné par Kvirkvelia. Un CSC qui permet aux Gones de se donner un peu d'air. Les partenaires de Lisandro, une nouvelle fois omniprésent, vont accentuer la marque par Briand de la tête (3-1, 71e). Sifflé par Gerland contre Ajaccio, l’ancien Rennais a lui aussi été acclamé par le public lyonnais. Ainsi va le football. Mardi soir, c'était la soirée du grand pardon. Mais surtout l’OL a fait un grand pas vers la qualification.

à lire également
Le jour de derby OL - ASSE est arrivé. Dans un communiqué l'Olympique lyonnais détaille quelques mesures de sécurité prises dans un contexte où les supporters stéphanois n'ont pas le droits de venir autour du stade. Ainsi des billets "suspects" ont été annulés. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut