OL-Liverpool : Paroles de coachs

3 questions à Claude Puel

A quel type de match vous attendez-vous mercredi ?

Je pense que cette équipe de Liverpool sera fidèle à ce qu’elle entreprend. N’hésitant pas à mettre de la pression, de l’allant, beaucoup de rythme tout en réussissant à gérer ses temps forts et ses temps faibles. Lorsqu’elle marque, ça devient très compliqué. Ils ont cette capacité à endormir leur adversaire, en allant vite vers l’avant. Liverpool va tout simplement jouer son jeu.

L’OL n’a besoin que d'un point pour se qualifier. Cela simplifie-t-il votre tâche ?

Non, pas du tout. De toute façon, à Lyon, on ne sait pas jouer le match nul. On doit aller chercher la victoire. L’objectif, c’est d’assurer la qualification mercredi, sinon il faudra aller la chercher à la Fiorentina. Depuis le tirage, on sait que ça va se jouer entre trois équipes (Liverpool, La Fiorentina et Lyon). Je le répète, pour l’heure, rien n’est fait.

Comment jugez-vous votre équipe physiquement ?

L'équipe se sent bien. On a fait le match qu’il fallait contre Saint-Etienne (victoire 1-0). On va enchaîner les gros matches (Liverpool, Marseille) mais j’ai le sentiment qu’on va répondre présent physiquement. Ce qui s’est passé après le match aller contre Liverpool (défaite en championnat contre Nice, 4 buts à 1) me conforte dans l’idée que Lyon doit encore grandir, être capable d’enchaîner les compétitions.

3 questions à Rafael Benitez

Il y a beaucoup de rumeurs concernant la blessure de Fernando Torres. Qu’en est-il réellement ?

Je me suis entretenu avec le médecin qui m’a parlé d’une hernie du sportif. Pour l’heure, on peut pas parler d’opération. Fernando va de mieux en mieux. Parfois il ressent des douleurs, parfois non. Même s’il dit se sentir mieux, il n’est pas encore à 100 %. Je ne sais pas s’il pourra jouer, tout dépendra de comment il se sent.

Liverpool doit absolument l’emporter à Gerland…

Bien sûr. Une grande équipe doit penser qu’à la victoire. Nous traversons une mauvaise passe, un succès contre Lyon nous permettra de reconstruire pour l’avenir. L’objectif, c’est de se qualifier pour le tour suivant. Même si Lyon a une belle équipe, je reste confiant.

Vous étiez dans la même situation il y a deux ans…

Oui, nous sommes dans une situation semblable. Vous savez, on a toujours été très fort quand on s’est retrouvé dos au mur. C’est la marque de fabrique des grandes équipes. Nous devons croire en nous. Il y a de la pression et c’est normal, mais nous devons montrer du calme et de la détermination.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut