OL - Ligue 1 : Nice dompte un Lyon inoffensif

Nice a conforté sa place de leader du championnat de France de Ligue 1 grâce à une victoire tranquille devant l'Olympique Lyonnais (2-0), Nabil Fekir a été exclu au bout d'une demi-heure de jeu alors que les joueurs de Bruno Genesio étaient déjà menés un à zéro.

Le début du match ne pouvait pas être plus catastrophique pour les Gones, après une première bonne possession, Jérémy Morel est sanctionné d'une faute suite à une perte de balle. Sur le coup-franc qui suit, L'OL est face à ses carences défensives, erreurs dans le marquage, manque d'agressivité dans les duels, tout y passe et Paul Baysse exécute Anthony Lopes d'une magnifique frappe à bout portant. Lyon, déjà mené, doit courir après le score et il n'est pas aisé de récupérer le cuir dans le pied des Aiglons, dotés d'une maîtrise tactique quasi-parfaite et de joueurs investis dans le projet de jeu de leur entraîneur Lucien Favre. Les Rhodaniens s'énervent petit à petit et les gestes d'humeurs sont de plus en plus nombreux, jusqu'à cette faute involontaire de Nabil Fekir qui a touché l'avant-bras du Niçois Paul Baysse après un duel, et qui entraînera l'expulsion de l'attaquant international français. En réalité, Fekir a dans un premier temps déséquilibré son adversaire par des petites "balayettes" dans les chevilles, le ballon n'étant plus jouable il s'agissait principalement d'un geste d'humeur. Le défenseur aiglon tombe et les crampons du Lyonnais s'écrasent sur lui, sans qu'il puisse l'éviter. Vous connaissez la suite. Malgré des solutions comme Lacazette et Kalulu sur le banc, Bruno Genesio a joué plus de trente minutes avec Corentin Tolisso avant-centre !

Nouvelle stratégie en deuxième mi-temps, pas plus de réussite

À la reprise, le coach lyonnais laisse de côté son 3-5-2 pour repasser dans une formule à quatre défenseurs et avec Rachid Ghezzal sur le terrain à la place du très décevant Mapou Yanga-Mbiwa. Cette nouvelle formule ne change quasiment rien, les Lyonnais vont courir après le ballon et le jeu a consisté à passer dans le dos de la défense niçoise via des longs ballons. La seule vraie occasion sera l'oeuvre de Ghezzal après un bon enchaînement et qui verra Cardinale s'interposer. Plus rien ensuite côté rhodanien, malgré le retour d'Alexandre Lacazette, avant que Seri ne vienne reprendre victorieusement une frappe sur le poteau de Belhanda, courtisé par l'OL la saison dernière mais qui a préféré investir sur Mathieu Valbuena, et excellent hier soir. Lyon pointe désormais à dix points de l'OGC Nice, séduisant leader de cette Ligue 1.

à lire également
Martin Terrier, après son but en Ligue 1 contre Strasbourg, le 24 août 2018 © Philippe Desmazes / AFP
L’attaquant de l’OL Martin Terrier, 21 ans, se raconte à Lyon Capitale. S’il joue peu, concurrence oblige, le natif d’Armentières (Nord) est conscient qu’il doit forcer sa nature, travailler sur l’aspect mental pour s’imposer au sein du onze lyonnais.
Faire défiler vers le haut