Gonalons EAG

OL - Ligue 1 : Guingamp enfonce Lyon dans la crise

L’Olympique Lyonnais, qui menait 1 à 0 à la mi-temps, a comme trop souvent cette saison sombré en deuxième mi-temps. Des erreurs individuelles qui entraînent une cinquième défaite sur les six derniers matchs pour les hommes de Bruno Genesio qui plongent dans la crise.

On peut comparer l'OL de ces dernières semaines à un élève qui fait toujours les mêmes erreurs dans ses devoirs et qui ne parvient pas à retenir la leçon. Antoine Kombouaré, l’entraîneur de Guingamp, avait annoncé la couleur cette semaine : il faudra mettre les bons ingrédients et du caractère pour mettre ce Lyon-là en danger.

Cinquième du championnat au coup d’envoi, les Bretons sont dominés en première mi-temps par un OL entreprenant et cohérent dans le jeu. Les mouvements de Ghezzal, dans retour dans le onze de départ, font du mal aux défenseurs adverses et ces derniers subissent de plus en plus la pression des hommes de Bruno Genesio. Sur une percée, Maxime Gonalons se fait stopper irrégulièrement dans la surface bretonne, obtenant un penalty que transforme Lacazette, qui se remet les idées en place par la même occasion après son échec mardi dernier face à Buffon en Ligue des champions. Les gones mènent 1 à 0 à la mi-temps, et laissent entrevoir une deuxième période pleine de promesses.

Lyon pique sa crise

En seconde mi-temps, les errances défensives des lyonnais profiteront rapidement aux visiteurs. Titularisé après son bon match face à la Juve, le jeune Mouctar Diakhaby commet une erreur technique fatale à son équipe face à Briand : ce dernier laisse subtilement le cuir à son coéquipier Salibur, qui égalise dès la reprise. Diakhaby, toujours lui, rate ensuite une relance qui entraînera le deuxième but guingampais par Marcus Coco. C'est encore ce dernier qui achèvera l'OL, avec un troisième but à la 77e, après avoir éliminé Rafael et Nkoulou. Comble de malchance pour les Lyonnais : Mathieu Valbuena, entré en jeu à la 68e à la place de Darder, s'est blessé à l'épaule en retombant après un contact et a dû être remplacé par Aldo Kalulu moins de dix minutes après son entrée.

Les chiffres parlent et le constat est accablant pour Bruno Genesio et ses joueurs. Sur le plan comptable, il s’agit du pire début de saison depuis trente-quatre ans, rien que ça. L’OL, qui menait au score à la mi-temps, a concédé la défaite en seconde mi-temps, une première depuis trente cinq ans à domicile en championnat. Une équipe qui se coupe en deux au fil des minutes, en manque de leader et sans caractère, Lyon est clairement en crise aujourd’hui.

Mains sur les hanches pour les joueurs, la moue sur le visage du président Jean-Michel Aulas, les images parlent clairement au coup de sifflet final. Il y a du pain sur planche pour les gones, il faudra une réaction, et vite, pour une équipe lyonnaise en perdition depuis plusieurs semaines et qui peine à se remettre du départ de Samuel Umtiti à Barcelone sur le plan défensif.

à lire également
Martin Terrier, après son but en Ligue 1 contre Strasbourg, le 24 août 2018 © Philippe Desmazes / AFP
L’attaquant de l’OL Martin Terrier, 21 ans, se raconte à Lyon Capitale. S’il joue peu, concurrence oblige, le natif d’Armentières (Nord) est conscient qu’il doit forcer sa nature, travailler sur l’aspect mental pour s’imposer au sein du onze lyonnais.
Faire défiler vers le haut