OL : Et de neuf… défaites (vidéo)

Lyon s’est de nouveau incliné en Ligue 1, cette fois à Bordeaux dimanche après-midi (1-0). Sans idées, extrêmement décevants, les Lyonnais n’avancent plus. Le podium s’éloigne, inéluctablement.

Comme une équipe sans souffle, sans saveur, l’OL ne s’est même pas rebellé cette fois à Bordeaux. A force d’être trop souvent mené, de laisser trop de force dans les batailles, c’est à se demander si l’OL a encore du gaz. Et pourtant, la saison est encore longue. Et les échéances nombreuses. Battus à défaut d’être dominés par une formation bordelaise pourtant moyenne, les coéquipiers de Michel Bastos ont semblé amorphes et sans solution, spectateurs de leur propre match. Avec déjà neuf défaites en vingt-quatre matchs, une statistique détonante pour un candidat au titre et désormais au podium, l’horizon s’assombrit nettement.

Quel ennui dans le jeu

Au coup d’envoi, Rémi Garde avait décidé de densifier son milieu de terrain, avec notamment les forfaits de Grenier et Gourcuff. Le retour au 4-3-3 à la lyonnaise, le trio Gonalons – Fofana – Källström dans l’entrejeu, Cris et Lisandro sur le banc, le leitmotiv était le combat. Seulement, cette tactique-là peut fonctionner quand les individualités offensives font, sur un coup d’éclat, la différence. Or, Bastos a un gros coup de mou depuis le début de l’année 2012 et Lacazette ne peut pas faire des miracles à chaque rencontre. Gomis, esseulé à la pointe de l’attaque, n’a presque touché aucun ballon. Comme Carrasso, jamais inquiété de la partie. Trop approximatifs, sans lien dans le jeu, incapables d’enchaîner des passes ou des séquences de domination, les Lyonnais n’ont jamais semblé pouvoir marquer. Bordeaux, un poil plus percutant, a profité d’un corner pour gagner la rencontre grâce à Gouffran (1-0, 41ème) au terme d’un match insipide, sans rythme et sans saveur.

Le mental ne fait pas tout

La force mentale, c’est bien, mais sur un championnat, sur la longueur d’une saison, ce n’est pas suffisant. Combien de matchs l’OL a gagné cette saison avec maîtrise, avec la possibilité de faire souffler certains de ses cadres en fin de partie ? Bien trop peu. A force de tirer sur la corde, celle-ci casse. Alors bien sûr, Lyon est l’équipe française qui a joué le plus de matchs cette saison (39), bien sûr Lyon n’a plus les mêmes moyens économiques qu’avant. Mais l’OL a tout de même un effectif de qualité. Avec des joueurs de talent. Et ce même OL pourrait se retrouver à plus de dix longueurs de Montpellier ce dimanche soir, un club loin d’être plus riche que le club de Jean-Michel Aulas. Il faudra peut-être se rendre compte un jour que tout ne va pas forcément mieux juste parce que l’entraîneur est différent.

Lire aussi : Bordeaux - OL : les notes des joueurs

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
2 commentaires
  1. stephlyon - 20 février 2012

    'La force mentale, c’est bien, mais sur un championnat, sur la longueur d’une saison, ce n’est pas suffisant.' 'Il faudra peut-être se rendre compte un jour que tout ne va pas forcément mieux juste parce que l’entraîneur est différent.' MERCI! En deux phrases, vous avez résumé les maux lyonnais. Je rajouterai également qu'il faudrait peut être se poser la question: Lacombe, il sert à quoi? Autant avant, on pouvait dire qu'il nous trouvait des perles rares notamment au Brésil mais à présent? A part nous faire acheter des jeunes ailleurs alors qu'on en a chez nous, à part critiquer les entraineurs et faire ses petites sorties médiatiques à OLTV entre amis pour nous rappeler l'ancien temps...que fait-il? j'aimerais le savoir! Car cela fait des semaines que j'émets des doutes sur les choix de Garde, mais il ne faut pas oublier qu'il subit aussi les décisions de Lacombe et la mauvaise santé économique de l'OL. Alors oui, le mal est à la fois profond et vient de haut...

  2. stephlyon - 20 février 2012

    Pour ne parler que du match d'hier, je ne me remets pas de cette mascarade! Au 19 février, on expérimente encore? Non mais c'est ahurissant de mettre un milieu à 3 défensifs, surtout à Bordeaux!! Alors, en plus, on a confié la responsabilité de mener le jeu à Kim Kallstrom...On se prive de Lisandro, on sort Lacazette à la 50ème pour mettre Briand qui ne met pas un pied devant l'autre...et quand il passe son vis-à-vis on ne lui siffle pas pénalty! Je crois que l'on est dans un grand cauchemar! Et Rémy Garde se permet de dire que 'Bordeaux a refusé le jeu'. Mais est-ce-que Lyon joue? Non. Navrant d'en arriver là alors que le début de saison laissait présager bien d'autres choses...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut