OL : au revoir les "dinosaures", bonjour les économies ?

Jean-Michel Aulas n’en peut plus des "dinosaures", "pharaons" et autres "pingouins" qui peuplent le vestiaire lyonnais. Cris, Cissokho, Kallström, Bastos et dans une moindre mesure Gomis, sont priés de se trouver un club. Lyon Capitale fait le point sur leur situation contractuelle, leur salaire et les clubs intéressés.

La pilule va être dure à avaler pour les supporters. Le capitaine Cris, depuis huit ans à l’OL et véritable pilier du vestiaire doit partir. "Cris ne peut plus rester avec nous" a déclaré Jean-Michel Aulas dans les colonnes du Progrès. À 35 ans, il reste un an de contrat au "policier". Avec un salaire annuel avoisinant les 4,2 millions d’euros, le départ de Cris soulagerait la masse salariale lyonnaise. Mais les clubs ne se bousculent pas au portillon. "De plus, si les deux partis ne s’entendent pas, ils pourraient y avoir des frais pour l’Olympique lyonnais" prévient Frédéric Bolotny, économiste du sport.

Autre joueur visé, Kim Källström. Depuis 2006, le Suédois fait les beaux jours de l’OL. Aujourd’hui, les prestations du milieu de terrain de 30 ans ne satisfont plus JMA. L’occasion d’économiser encore 3,7 millions d’euros par an, qui correspondent aux émoluments du gaucher. Le Rubin Kazan (Russie) serait sur les rangs.

"La masse salariale, seul levier à la disposition de l’OL"

Recruté pour 18 millions d’euros en 2009, Michel Bastos est un "cas d’école" selon le président lyonnais. Son manque d’implication sur le terrain est clairement visé. Résultat : le joueur de 28 ans pourrait partir. Il possède une forte valeur marchande : 12 millions selon transfermarkt.fr. Une somme non négligeable dans cette période de rigueur économique pour le club rhodanien. "S’il y a une proposition, on l’étudiera" avoue son agent Emmanuel de Kerchove.

L’OL se délesterait d’un salaire de 3,4 millions d’euros par an. Mais perdrait aussi un joueur de qualité. "Le problème de l’OL c’est que la masse salariale est le seul levier à leur disposition" précise Bolotny. Elle représente près de 60 % des dépenses du club.

Aly Cissokho vient quant à lui de changer de mode de fonctionnement pour gérer ses intérêts personnels. Il a désormais recourt à un cabinet d’avocats. "Alors il va partir" annonce Aulas. L’Inter et Naples sont intéressés selon nos informations. L’occasion pour les dirigeants lyonnais de récupérer une indemnité de transfert évaluée autour de 7 millions d’euros. Et de se séparer d’un salaire d’environ 2,5 millions d’euros par an.

"L’horizon s’éclaircit avec le fair-play financier et le Grand Stade"

Pour Bafétimbi Gomis, la situation est différente. Entendu comme témoin assisté en juin dans une affaire de viol supposé, l’ancien Stéphanois pourrait être transféré. Le Rubin Kazan aurait fait une offre de 8 millions pour l’attaquant international (six sélections, deux buts).

Les transferts de ces cinq joueurs permettraient à l’OL d’alléger sa masse salariale de plus de 23,8 millions d’euros (charges patronales comprises). Mais pourquoi le club de Jean-Michel Aulas en est-il arrivé là aujourd’hui ? "Des paris risqués sur le plan sportif et un stade qui n’est pas encore sorti de terre, voilà à quoi se résume les difficultés actuelles de l’OL", explique Frédéric Bolotny.

Mais selon lui, pas de quoi céder au catastrophisme : "Se séparer des gros salaires est certainement la bonne solution", déclare-t-il. Avant de conclure : "On est dans une période de vache maigre pour le club lyonnais. Mais l’horizon s’éclaircit avec le fair-play financier* et le Grand Stade." Effectivement, le fair-play financier, voulu par Michel Platini, verra le jour en 2014. Ce qui n’est pas le cas du Stade des Lumières…

----

* Avec le fair-play financier, tous les clubs devront donc équilibrer leurs comptes et seront placés sous la surveillance de l'instance européenne. En clair, ils n'auront pas le droit de dépenser plus que ce qu'ils ne gagnent.

13 commentaires
  1. franjo - 9 juillet 2012

    l'économiste* n'est pas juriste, ça se voit ... (l'horizon s'éclaircit avec le grand stade ...)*gratte-papier à la solde des intérêts économiques et financiers au sujet desquels il 'écrit'

  2. carton rouge - 10 juillet 2012

    S'il ne peut pas payer les joueurs comment pourra-t-il s'offrir un stade à 400 millions d'euros ? A moins que Collomb mette la main à la poche ou plutôt dans nos poches pour compléter les 399 millions manquants.

  3. populiste - 10 juillet 2012

    Monsieur Aulas va vivre des moments de gestion difficiles car Bastos qui sait qu'il ne vaut pas très cher va rester a Lyon jusqu'en 2015 année ou il aura 31 ans passés, presque la retraite sportive...Je pense que monsieur Aulas entre l'échec du grand stade et sa masse salariale qui ne baisse pas partira avant Bastos.

  4. sanguinaire - 11 juillet 2012

    Les 3 commentaires précédents sont d'une objectivité flagrante... Des qu'il y a un article sur l'OL ils déversent leur venin.. Ce n'est pas la faute d'Aulas si votre maison est a coté du futur Grand stade... Pathétique...

  5. Sophie_Lyon - 11 juillet 2012

    Complétement indécent à l'heure actuelle ! les priorités sont ailleurs; du pain et du foot pour les faibles d'esprit, pendant ce temps là les magouilles continuent.

  6. PERHAPS - 11 juillet 2012

    A croire que le 'sanguinaire' a des peaux de soc(ialistes) sur les yeux ! Les contribuables de l'agglo lyonnaise se font berner, qu'ils soient de l'Est ou de l'Ouest, ils passeront tous obligatoirement à la caisse - qu'ils soit d'accord ou pas - pour donner leur obole à OL GROUPE qui, sans partage hélas, encaissera les méga plus-values qu'on lui aura données sur un plateau (terrains bradés - infrastructures dédiées) et ce quand JMA aura trouvé un pigeon du moyen orient ou d'ailleurs qui lui paiera le prix fort - le tout sous prétexte d'un stade (alibi) (référence aux 'petits' actionnaires - les minoritaires, les seuls pigeons à avoir apporté leur 24 € par action pour l'introduction, encaissée par JMA, et qui ne vaut plus que 2.8 € ce soir à la clôture) ../..

  7. PERHAPS - 11 juillet 2012

    ../.. le tout sous l'oeil de COLOMB, Maire du Grand-Lyon, condamné à faire payer par les contribuables lyonnais la somme de 6 Millions pour ses propres malversations - et de Bernard RIVALTA, président du SYTRAL, condamné par le Conseil d'Etat (il a fait appel jusqu'au bout du bout, frais de justice à charge du SYTRAL, donc des contribuables) à rembourser les sommes qu'il avait volé aux contribuables (120.000 euros)Voilà notre environnement lyonnais, une certaine morale politique que COLLOMB aime à qualifier de 'modèle lyonnais'http://www.lyoncapitale.fr/Journal/univers/Actualite/Justice/Chauffage-urbain-Collomb-empetre-dans-un-marche-pipehttp://www.lyoncapitale.fr/Journal/univers/Politique/Sytral/Rivalta-perd-en-Conseil-d-Etat-fin-de-six-ans-de-procedures

  8. sanguinaire - 12 juillet 2012

    Ni de gauche, ni de droite, j'observe et je remarque qu'au final nous sommes tous plus ou moins égoïste et que chacun prêche pour sa paroisse en se cachant de faux prétexte (écologie, cout pour le contribuable..)

  9. Collombitude - 12 juillet 2012

    C'est un philosophe ou un footeux notre sanguinaire? Peut-être une espèce hybride? Ce cas devrait être étudié, ...cela créerait des emplois! !

  10. christian - 13 juillet 2012

    @ colombitude tout à fait ! ++++

  11. franjo - 13 juillet 2012

    pas besoin d'être de décines pour comprendre que ce projet est une gabegie financière pour la collectivité, un désastre environnemental pour tout l'est lyonnais, et un scandale politico-financier permettant à quelques-uns de s'enrichir au détriment de tous les autres. On ne peut être qu'effaré devant l'aveuglement footballistique de certains, y compris sur ce forum. Qui est pathétique ?....

  12. eilage - 14 juillet 2012

    Ce qui est pathétique, c'est la dizaines de, toujours les mêmes contestataires sur ce forum, qui dépeignent la situation, enjolivent la réalité, et exagèrent sur les faits et sur la soi-disant immoralité des personnes ...Juste une petite dizaine de contestataires qui sans relâche intervient ici avec la plus grande assiduité, en utilisant des grands mots et des effets de styles, à l'encontre de ce grand stade désiré par des millions de personnes ...Juste une dizaine, c'est ça qui est pathétique ...

  13. benkenobi - 28 juillet 2012

    le nombre d'habitants dans le grand-lyon (début 2012) était de 1 282 000, votre 'désiré par des millions de personnes' (en vérité 62%) est de trop. tellement de trop que je me suis vu obligé de répondre : 'non, moi non plus je ne veux pas de ce grand stade...'un projet s'il est mal 'ficelé' ne sera bon pour personne mais surtout pas pour les habitants. Car on divise les coûts mais on rassemble les profits. Je vous laisse faire le compte de ceux qui paieront les pertes et de ceux qui amasseront les profits... (ex : indemnisation 1€/m2 pour les agriculteurs)En même temps, il y en a pour être fier d'avoir voté à droite pour le PS (vi, vi, les gens du PS sont de droite...)après avoir eu un président pendant 14 ans, ils n'avaient pas compris. Je vous rassure l'autre moitié des votants considérés n'ont pas fait mieux puisqu'ils ont voté pour un parti avec 2 présidents dirigeant pendant 22 ans...Pas étonnant que l'on soit si mal gouverné avec des votants ayant si peu de mémoire

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut