OL : Alexandre Lacazette aura-t-il (enfin) sa chance ?

Le temps de jeu du jeune attaquant, Alexandre Lacazette, intrigue et suscite quelques interrogations. A tord ou à raison ?

Vendredi matin, sur les bancs qui longent les terrains d'entraînement de Tola Vologe, ce n'est pas l'éventuel retour de Yoann Gourcuff dans le groupe pour la réception de l'OM (lire ici), qui alimente les discussions des fans de l'Olympique lyonnais. Une dizaine de fidèles, des supporters de la première heure, débattent avec fougue et passion et ne se prient pas de nous interpeller. A l'unisson : "Y a-t-il un problème Alexandre Lacazette ?" Il faut dire, que la situation de l'attaquant de l'équipe de France des moins de 20 ans suscite -fort logiquement- de nombreuses interrogations.

Considéré comme l'une des principales pépites et s'inscrivant pleinement dans le cadre de la nouvelle stratégie voulue par le club Jean-Michel Aulas ("donner davantage de temps de jeu aux jeunes issues du centre de formation"), pour l'heure, depuis son retour du mondial colombien, le Gone de Mermoz a eu le droit à 5 poussiéreuses minutes de temps de jeu. Pire. Mercredi contre l'Ajax d'Amsterdam, il s'est fait griller gentiment la politesse par Ishak Belfodil, 19 ans, lorsque Rémi Garde a décidé de sortir Bafétimbi Gomis en toute de fin de rencontre.

"Garde : La hiérarchie pour moi, c'est la forme !"

Un choix discutable que Rémi Garde assume complètement : "L'entrée d'Ishak à Amsterdam correspondait plus à l'idée que nous gardions le ballon dans les pieds afin que le bloc puisse remonter. Alexandre est plus un joueur de surface et il avait peut-être un peu moins le profil pour conserver le ballon même s'il en est aussi capable." Une question de point de vue. Sans bien évidemment remettre en cause les prédispositions de Belfodil (lire ici), Alexandre Lacazette possède les qualités requises pour justement apporter au niveau de la conservation de balle. Et pas seulement. Très rapide, vif et percutant, sa protection de balle, sa vision de jeu et son sens du collectif sont des atouts qui en ce début de saison peuvent qu'être bénéfique à l'OL. Et épauler un Gomis bien trop isolé à la pointe de l'attaque rhodanienne.

Lacazette attend son heure...

En l'absence de Lisandro - pour blessure - existe-il une véritable hiérarchie des attaquants ? Rémi Garde : "La hiérarchie pour moi, c'est la forme ! Ce que les joueurs me montrent depuis le début. Il n'y a pas de hiérarchie prédéfini qui m'enfermerait dans un ordre. Les profils offensifs de mes joueurs sont différents", souffle l'entraîneur des Gones qui estime que le numéro 17 de l'OL est encore émoussé physiquement à contrario d'un Clément Grenier.

Néanmoins, Rémi Garde semble ne pas avoir fait une croix sur son jeune attaquant, affirmant qu'il est en train de monter en puissance : "Sur les deux ou trois derniers entraînements, je le sens de mieux en mieux." Garçon plutôt introverti, Alexandre Lacazette ne montre pas de signes d'agacement. Pour l'instant. Comme il l'avait clairement indiqué lors de sa dernière visite dans la salle de presse de Tola Vologe : "Cette saison, vu que l'effectif est moindre au niveau de l'attaque, je pense que je vais pouvoir jouer plus qu'on ne le prétend." Les prochaines semaines devront permettre d'en savoir plus sur les réelles intentions de Rémi Garde au sujet de "Gwada".

à lire également
Ynfluences Square – Lyon, Confluence © Tim Douet
Si la Confluence attire tous les regards, Gerland, Vaise ou encore le Carré de Soie sont le théâtre d’importants programmes immobiliers. Prisés des nouveaux arrivants, ces quartiers autrefois peu attirants sont-ils devenus de bons placements ? Pierre-Yves Desgoutte, directeur commercial chez BPD Marignan, explique pourquoi il en est convaincu.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut