Oh les beaux Bleus !

Dans un Palais des Sports de Gerland en fusion, l’Equipe de France de Coupe Davis a surclassé l’Argentine 3-0 samedi après-midi. Michael Llodra et Arnaud Clément ont apporté le point décisif en double. L’évènement lyonnais restera, une nouvelle fois, comme un merveilleux cru.

Avant le traditionnel double du samedi, tous les voyants étaient au vert pour l’Equipe de France de Coupe Davis. Les Bleus, impériaux vendredi lors des deux premiers simples au Palais des Sports de Gerland, menaient déjà 2-0. Une victoire de la paire expérimentée Llodra – Clément et l’affaire était pliée. En deux jours. Surtout que les statistiques tendaient à l’optimisme pour les rangs tricolores. La France s’est retrouvée 106 fois dans la position de mener 2-0 en Coupe Davis, elle l’a emporté à 104 reprises… Soit 98,1 % de chances de s’imposer au final. L’Argentine, quant à elle, n’a jamais gagné une rencontre après avoir été menée 2-0 à l’issue des deux premiers simples. Bref, la finale tendait les bras aux hommes de Forget. Il suffisait juste de transformer l’essai. Lyon, théâtre de l’un des plus gros exploits du tennis français, en 1991, ne pouvait pas faire figure d’exception.

Un match maîtrisé

Face au tandem argentin Schwank-Zeballos, les Bleus, dès le début du match, confirment leur statut de favoris. Un cran au dessus de leurs adversaires, ils profitent de la faiblesse d’Horacio Zeballos au service pour breaker deux fois le sud-américain. Sur un magnifique retour de Llodra, la paire française boucle la première manche (6-4). La complicité entre les deux trentenaires saute aux yeux. Le Palais des Sports de Lyon, une nouvelle fois comble, est ravi.

Une fois le premier set empoché, les Tricolores continuent sur leur lancée, toujours aussi dominateurs. Plus efficaces au service, meilleurs relanceurs, plus à l’aise au filet, ils breakent d’entrée leurs adversaires sur une bataille de volées remportée par Llodra. Gerland exulte. Les Argentins, à l’orgueil, recollent, vainement. Arnaud Clément, euphorique, enchaîne les passings gagnants. « La Clé », fébrile au service, se montre irrésistible en contre. Les Bleus empochent finalement le second set, sur un énième exploit de l’Aixois. Dans les tribunes, on se croirait de l’autre côté de l’avenue Jean-Jaurès. Rama Yade, secrétaire d’Etat au Sports et Nora Berra, sa collègue chargée des Aînés, font la "ola" avec la foule.

La troisième manche n’est qu’une formalité. Rien ne viendra enrayer la machine bleue. Les joueurs célestes naviguent au fond d’un profond gouffre. Leurs supporters, par contre, alors que leur équipe est au bord du précipice, donnent encore plus de voix. Le public lyonnais, admiratif, acclame les fans sud-américains. Scène surréaliste. L’arbitre, si pointilleux tout au long de la rencontre, laisse faire, dépassé par les évènements. Quelques instants plus tard, Michael Llodra, sur un nouveau service gagnant, clot le match. Enfin de match, il n’y aura pas eu.

Merveilleux week-end

Dix-neuf ans après, Lyon a donc été une nouvelle fois source de bonheur pour le tennis français. Le public lyonnais, fidèle à sa légende, a encouragé sans discontinuer ses protégés. "Je sais pas si vous étiez là il y a 19 ans, mais moi j’ai l’impression que c’était hier. Vous avez été merveilleux" lance Guy Forget, euphorique, à l’issue du match. Il faut avouer que s’amouracher de cette équipe n’est pas difficile. Si on devait résumer cette victoire en un mot, le terme « esprit » serait le plus approprié. Une équipe de France soudée, unie, heureuse de jouer ensemble. Julien Benneteau et Jo-Wilfried Tsonga même blessés, étaient présents dans les gradins de Gerland, premiers supporters de leurs partenaires. Un détail ? Beaucoup plus qu’un détail. "C'est grâce à notre état d'esprit qu'on est difficiles à battre" souligne Arnaud Clément. La troupe de Forget se retrouve en finale de la Coupe Davis. Un niveau jamais atteint depuis 2002. Et tellement mérité. Avec la mentalité affichée ce week-end, le dixième bouclier de Brennus n’est qu’à une cordée de raquette. Le sport français en a tant besoin.

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.
2 commentaires
  1. Lumière - 18 septembre 2010

    Tiens les grincheux allergiques aux sports, à la culture et tout ce que la Mairie de Lyon soutient ou met en oeuvre ne sont toujours pas passés ?Bravo à nos Tennismen français qui ont été exceptionnels de A à Z !

  2. stephlyon - 18 septembre 2010

    Bien dit Lumiere! Bravo les bleus! Le Palais des Sports était beau à voir, seconde jeunesse pour lui!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut