Lyon impuissant face au Zénit

Défait 2-0 à domicile par le Zenit de Saint-Pétersbourg, l’OL est bon dernier de son groupe en Ligue des champions, avec un seul petit point glané en quatre rencontres.

Les Lyonnais n’avaient pas le choix : ils devaient faire "un match de folie", comme l’avait préconisé l’entraîneur de l’OL, Hubert Fournier, pour espérer continuer leur aventure européenne. Seulement, Lyon n’a pas fait le poids ni répondu aux attentes. Une équipe rhodanienne pas vraiment au niveau de la Ligue des champions qui, mathématiquement, grâce au succès de la Gantoise face à Valence (1-0), a encore la possibilité de se qualifier.

Les Lyonnais impuissants face à Hulk

L’entame de match n'est guère emballante, puisqu’il faut attendre la 18e minute de jeu pour voir le Zenit causer une frayeur à l’OL. Suite à un centre de Shatov, repoussé par Lopes, Hulk essaie de rabattre mais Umtiti veille au grain. Les joueurs de l’OL, battus à l’aller (3-1), essaient de riposter par Darder, préféré à Ferri, mais la frappe trop molle de l’Espagnol ne donne rien (18e).

Pourtant prévenus, les coéquipiers de Maxime Gonalons laissent le robuste Hulk s’exprimer en toute liberté. Le Brésilien sert Danny, qui perd son duel face à Anthony Lopes (21e). Lyon est sauvé par son portier, qui ne pourra rien faire sur la puissante frappe de Dzyuba, servi au passage par ce diable de Hulk (0-1, 26e). Sur l’action du but du Zenit, Lyon, qui perd la ballon par Jallet, joue en position haute et Bedimo est dans l’incapacité de revenir à temps pour accomplir son travail défensif…

 

Lyon ne parvient pas à revenir, à l’image de l’action ratée de Mapou Yanga-Mbiwa, pourtant seul face à Lodygin (32e). Quatre minutes plus tard, l’OL échoue de peu. Henri Bedimo, surprend son monde en décrochant une puissance frappe, mais le ballon vient heurter la barre russe (36e).

Lors du second acte, le Zenit double la mise par Dzyuba, avec une nouvelle offrande signée Hulk (0-2, 57e). Histoire de noircir un peu plus le tableau de la soirée lyonnaise, Maxime Gonalons récolte un deuxième carton jaune et doit rentrer plus tôt que prévu aux vestiaires (73e).

Fébrile défensivement, en panne d’inspiration offensivement, Lyon ne pouvait pas espérer mieux et a quasiment dit adieu aux huitièmes de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Retrouvez toute l'actualité de l'OL sur notre site spécialisé www.olympique-et-lyonnais.com
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut