Les joueurs du Lou en stage de préparation à La Seyne-sur-Mer (©Lou Rugby)

Les rugbymen du Lou en stage à Toulon avant la dernière ligne droite

Les hommes de Pierre Mignoni et leur staff ont quitté Lyon quelques jours pour un stage de cohésion d'équipe, à l'orée d'une fin de saison régulière décisive pour la qualification en phase finale du Top 14.

Sea, work and sun. Les rugbymens lyonnais sont partis en stage de préparation à la Seyne-sur-Mer, dans le Var, durant trois jours cette semaine. L'objectif était de préparer les organismes mais aussi les esprits à la dernière ligne droite de la saison régulière de Top 14, en cette semaine blanche pour le championnat français. Il reste deux matchs à disputer au Lou, actuellement 5e pour accrocher une des six premières places, synonymes de ticket pour les phases finales, l'un chez le relégable, et voisin, Oyonnax, l'autre à Gerland contre le leader montpelliérain.

Comme le Stade toulousain à l'automne, le club lyonnais a donc profité des installations du stade Marquet pour ce stage de trois jours. Arrivés lundi dans le Var, ils ont débutés les hostilités par un décrassage, des jeux sur la plage et un bain de mer pour les plus courageux. Entrée dans le vif du sujet dès le lendemain, avec une séance d'entraînement sous le caniar méditerranéen. Bis repetita jeudi matin, avant de passer à la cohésion d'équipe l'après-midi, avec un jeu de construction de bateaux en carton le jeudi après-midi. Le groupe a tout de même pris le temps de déjeuner sur les îles Paul Ricard.

Tout le groupe a regagné la capitale des Gaules vendredi. Il reste désormais une semaine de préparation avant le déplacement à Oyonnax samedi à 20h45.

à lire également
Joueurs du Lou à l’entraînement – février 2019 © Tim Douet
Alors que la fédération internationale se réunit en France les 19 et 20 mars, le rugby tricolore reste marqué par le décès de quatre jeunes joueurs en 2018. L’instauration de mesures protectrices doit permettre de prendre en compte le risque de commotions cérébrales, encore mal connu du milieu. Et de retourner vers une philosophie de l’évitement, moins traumatogène. Un risque que les assureurs ont bien saisi, en augmentant les cotisations.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut