Jean-Michel Aulas : "Vers un départ d'Alain Perrin"

Interview.

Lyon Capitale : Après Ederson, Lloris, c'est au tour de Pjanic de signer à l'OL...
Jean-Michel Aulas : Oui, c'est vrai que ça fait beaucoup de jeunes joueurs talenteux mais ce sont tous d'authentiques espoirs du football européens. Ça fait plaisir de pouvoir convaincre un certain nombre de joueurs de ce talent-là de pouvoir venir à Lyon. Dans nos choix, il était en concurrence avec un grand joueur de l'équipe de France mais qui a depuis opté pour un club anglais.

Vous recrutez certes de jeunes talents, mais ne faudrait-il pas également enrôler des pointures plus confirmées ?
Je ne sais pas. Aujourd'hui en terme de pointures confirmées on a beaucoup d'éléments. On nous a souvent dit que l'équipe arrivait en fin de cycle parce que justement on a une multitude de joueurs de talents et d'expériences. Il n'est pas impossible qu'il y ait des choses nouvelles qui arrivent et qui puissent vous surpendre mais il n'y a rien de certain, donc cela me paraît difficile d'en parler plus pour l'instant.

En clair, vous préférez opter pour la jeunesse et le dynamisme ?
Lorsqu'on est le club européen qui compte le plus de joueurs à l'Euro (Ndlr : 11 joueurs), cela veut dire que les joueurs confirmés, on les a déjà. Si on veut recruter de manière efficace avec un certain nombre de moyens, ce qui est le cas de Lyon puisqu'on vient de dépenser plus de 40 millions d'euros, il faut essayer d'investir sur de jeunes espoirs qui demain seront les vedettes qu'on va venir nous chercher à prix d'or.

Où en êtes-vous concernant la nomination d'un entraîneur général ?
Il n'y a rien de neuf ! Comme vous l'avez bien compris, on ne veut pas communiquer dessus pour l'instant. On règle les interprétations qu'ont fait naître le probable départ d'Alain Perrin. On se concentre sur ce sujet-là et puis on travaille discrètement pour que l'avenir soit riche de promesses mais surtout de titres. Comme je l'ai déjà dit, la saison prochaine, on va s'attaquer avec beaucoup d'ambitions à la Ligue des Champions.

Est-ce que vous vous êtes fixé une date limite pour prendre votre décision ?
Oui, la date de reprise de l'entraînement, c'est à dire le 30 juin.

Donc Alain Perrin est en sursis jusqu'à cette date-là ?
Non, je n'ai pas dit ça.

Avez-vous approché l'avocat d'Alain Perrin pour une éventuelle séparation à l'amiable ?
Je crois qu'il y a eu un contact avec la personne qu'Alain Perrin nous a indiquée qui est maître Jean-Jacques Bertrand. (Ndlr : Avocat au barreau de Paris)

Donc, il est clairement sur le départ ?
(long silence) Je l'ai déjà dit qu'il était plutôt sur le départ.

Avez-vous établi une liste de noms suceptibles de le remplacer ?
Bien évidemment, on réfléchit, on travaille sur ce dossier. Ce que je peux vous dire c'est que depuis quelques semaines, on a eu l'approche de très grands entraîneurs français et européens. Je suis persuadé qu'on trouvera une bonne solution.

Apparement, Nicolas de Tavernost n'a pas du tout apprécié vos louanges sur Laurent Blanc ?
Nicolas est un ami. La pique s'adressait aux gens qui ont indiqué que j'aurais fait des avances à Laurent Blanc. C'est l'inverse, car c'est lui qui a déclaré qu'un club comme Lyon ça ne se refusait pas et j'ai simplement indiqué que si on avait la possibilité de le faire venir, on ne se gênerait pas. Nicolas de Tavernost est dans son rôle de rappeler que Laurent Blanc est sous contrat et moi j'ai tout à fait raison de dire que c'est un bon entraîneur et qu'il m'a surpris pour sa première année sur le banc d'une équipe professionnelle. Heureusement, qu'on a le droit d'adresser des louanges aux gens compétents, sinon on ne pourrait plus rien dire et vous les journalistes seriez au chômage (rires).

Cris a récemment déclaré dans la presse, qu'il n'y a plus d'esprit d'équipe à l'OL...
Oui et il a aussi dit qu'il se trouvait bien à Lyon et qu'il envisageait de terminer sa carrière à l'OL. On extrapole toujours de manière négative ce qui peut être positif. Moi, je dirais au contraire que la prise de parole de Cris, son retour dans le groupe après une blessure ont démontré qu'il avait des valeurs morales et mentales formidables. Il en a profité pour démontrer qu'un groupe doit être rigoureux et n'a pas hésité à faire quelques remarques. Mais il ne faut pas le voir comme un jugement négatif. Cris il est comme nous tous, il a envie que l'Olympique lyonnais gagne et s'améliore. C'est pas le style de garçon à cracher dans la soupe.

à lire également
18 interpellations, 9 policiers légèrement blessés et 3 vitrines de magasins dégradées : le bilan de cette nuit de célébration de la victoire de l'Algérie en CAN reste relativement bon selon la préfecture, compte tenu de l'importante affluence dans les rues de Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut