Faites-nous rêver !

Lyon n’attend que ça. Battu 1-0 en Bavière lors du match aller, l’OL rencontre ce mardi soir le Bayern Munich en demi-finale retour de la Ligue des Champions. Le défi s’annonce aussi immense qu’excitant pour la bande à Puel. Dans l’antre de Gerland, tout un stade s’apprête à vivre le plus grand match de son histoire.

Cette fois, c’est le grand jour. Plus question de reculer, de débattre en boucle sur la composition d’équipe ou de la tactique à adopter. L’instant fatidique est arrivé. Celui qui fait valser les destins. Celui où le surnaturel l’emporte sur la raison. Celui où tout un club est confronté à l’un des tournants de son histoire. Oui, les mots sont pesés. Ce match (Lyon- Bayern Munich) ne ressemble à aucun autre. L’OL a l’occasion de basculer ce mardi soir dans la folie d’une soirée de légende, avec en point d’orgue une finale européenne, dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

Une chance historique

Oubliée la prestation ratée de mercredi dernier en Bavière (défaite 1-0), les Lyonnais ont une chance unique de se racheter devant leur public. Tous les ingrédients sont réunis. Une demi-finale retour à la maison, un handicap à surmonter, un engouement populaire, une finale en perspective. Une si belle occasion ne se reproduira peut être jamais pour le club du fantasque président Jean-Michel Aulas. Faut-il encore la saisir et forcer le destin. L’OL a tellement connu de déconvenues, parfois mêmes cruelles, dans cette compétition que l’espérance, pour tous les supporters, est décuplée. Quel fan de l’OL a oublié Eindhoven ou Milan ? Ou tant d’attentes déchues en un rien de temps.

Un engouement sans précédent

L’OL s’est toujours relevé, fièrement. Et aujourd’hui, l’heure est à la mobilisation générale. A tout évènement exceptionnel, dispositif exceptionnel. La Ville de Lyon a d’ores et déjà prévu de distribuer des milliers de drapeaux aux couleurs du club dans tout le centre de la capitale des Gaules ce mardi. Les bus ainsi que les édifices municipaux seront colorés également, la place Bellecour inondée d’un écran géant pour ceux qui n’ont pas la chance d’aller à Gerland. Claude Puel ainsi que Bernard Lacombe ont martelé dans la presse l’importance du soutien du public. Ils seront à coup sûr entendus.

Chez tous les supporters lyonnais rencontrés ces derniers jours, plusieurs sentiments rejaillissent, souvent contradictoires. La crainte d’une nouvelle élimination, le sentiment de rater une occasion en or mais aussi une certaine excitation de vivre un moment rare en émotions. Ce mardi soir aux alentours de 20h40, il n’y aura plus de place pour ces conciliabules au moment où l’hymne frissonnant de la Ligue des Champions retentira dans Gerland. Les joueurs auront la clé pendant que dirigeants, staff et supporters lyonnais retiendront leur souffle. Certainement beaucoup plus fort que d’habitude. Comme pour un match pas comme les autres…

Lire sur le même sujet  :

Interview Claude Puel : "J'ai hâte que le match commence"

Interview Cris : " Aller au bout"

à lire également
Vue de Lyon – Au premier plan, Gerland © Métropole de Lyon
Après le départ de l’Olympique lyonnais pour Décines, les inquiétudes étaient vives concernant le devenir de Gerland. Mais l’arrivée du Lou et l’installation de l’académie de basket créée par Tony Parker ont clairement changé la donne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut