Euro féminin : les Françaises calent une nouvelle fois en quarts

Pas d’exploit pour l’équipe de France de foot féminin qui a échoué, dimanche soir, en quarts de finale de l’Euro. Après un début de tournoi peu convaincant, les Bleues n’ont pas trouvé le déclic pour battre les Anglaises, désormais grandes favorites.

Camille Abily espérait sans doute poursuivre encore un peu son rêve bleu. Contre l’Angleterre, la joueuse de l’Olympique lyonnais a finalement joué son dernier match avec l’équipe de France, dimanche soir. Celle qui a permis aux Françaises d’accéder aux quarts de finale de cet Euro 2017 termine donc sa carrière internationale sur une défaite, contre des Anglaises plus efficaces (0-1). “Au final, il n’y a pas de titre et moi, c’est ça que j’aurais aimé pouvoir apporter à la France avec ma génération”, a-t-elle regretté au micro de France TV sport. Avec ses 183 sélections, Camille Abily laisse derrière elle des tricolores en proie au doute, bloquées à l’entrée du carré final depuis les trois dernières éditions du tournoi européen.

L’Angleterre se qualifie en demies grâce à un but de Taylor, meilleure buteuse de l’Euro

Comme lors des précédentes rencontres, les Bleues ont pourtant plutôt bien entamé leur bras de fer contre l’Angleterre, en se procurant quelques occasions et en jouant une première mi-temps relativement équilibrée. Mais le manque d’aboutissement qui colle à la peau des Françaises depuis le début de l’Euro leur a coûté cher, face à des Lionnes anglaises plus efficaces. À la 60e minute, Lucy Bronze sert parfaitement l’attaquante anglaise Jodie Taylor, qui met le ballon au fond des filets français et confirme son statut de meilleure buteuse du championnat. À l’origine de cette action, une balle perdue par la Lyonnaise Eugénie Le Sommer, peu convaincante ce dimanche soir.

Parmi les sept autres joueuses de l’OL présentes aux Pays-Bas, Griedge Mbock Bathy Nka a pour sa part livré une prestation intéressante, alors que la défense française devait se passer de Wendie Renard, suspendue après un carton jaune contre la Suisse. Idem pour Sarah Bouhaddi, qui s’est voulue plus rassurante que lors des phases qualificatives même si sa fin de match était moins précise.

Le contrat d’Olivier Echouafni devrait être prolongé jusqu’en 2019

Cela ne sera toutefois pas suffisant et les Françaises ne remonteront pas le score, elles qui étaient invaincues depuis 1974 par l’Angleterre. Il y avait pourtant de la place pour les Bleues dans cet Euro, surtout depuis l’élimination surprise des Allemandes, qui échouent elles aussi en quarts de finale alors qu’elles étaient les grandes favorites. Maintenant que les tenantes du titre des six derniers championnats européens sont hors jeu, ce sont les Anglaises qui font office de leader.

Quant aux Françaises, elles doivent désormais se tourner vers le prochain grand rendez-vous international du foot féminin : la coupe du monde 2019, qui se déroulera en France. “Il va falloir rebondir, a confirmé Amandine Henry au micro d’Eurosport. Nous, on aime jouer au ballon, notre priorité est de jouer et non de mettre des coups. Et c’est peut-être notre pêché, parce que les autres équipes s’en foutent un peu du beau jeu.”

Il reste donc deux ans aux Bleues pour améliorer leur collectif. Avec, à leurs côtés, le même sélectionneur. Car si Olivier Echouafni est de plus en plus critiqué par les supporters, Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), n’a “aucunement l’intention de changer de cadre au niveau du sélectionneur” a-t-il confié à l’Équipe. Le contrat de l’ancien entraîneur du FC Sochaux, qui allait jusqu’en 2018, devrait ainsi être prolongé un an de plus, jusqu’à la prochaine coupe du monde.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut