Au stade de France avec les supporters

Elle raconte.
"Il est 18h30 lorsque je monte enfin les marches du Stade de France. La pression monte alors rapidement... Des milliers de drapeaux bleus, blancs et rouges sont éparpillés sur l'ensemble du virage Lyonnais. Alors que le stade se remplis au fil des minutes, je regarde cette enceinte, je profite de ce moment unique dans la vie d'un supporter. Il est énorme ! Au moins deux fois la taille du stade de Gerland. Je suis placée en tribune intermédiaire, la vue est splendide de là mais pour supporter son équipe ce n'est pas le meilleur placement. Aux environs de 20h, Remy Vercoutre (Gardien titulaire ce soir là) accompagné de Joël Bats (entraîneur des gardiens) et de Gregory Coupet, font leur apparition sur la pelouse pour l'échauffement. Quelques instants plus tard les Bordelais puis l'ensemble de l'équipe Lyonnaise arrivent à leur tour sur le terrain. La pression commence alors à monter sérieusement. Le Stade à un aspect particulier avec ces nombreux drapeaux qui flottent dans les tribunes. A 20h50 c'est le grand moment : L'arrivée des deux équipes sur la pelouse. Le tifo Bordelais est pas mal, mais pas non plus extraordinaire. Coté Lyonnais, les drapeaux Bleus, Blancs et Rouges dessinent un grand OL avec de multiples couleurs autour.
Le début de match est à l'avantage des Lyonnais. Pas mal d'occasions, deux parades du gardien Girondin Ulrich Ramé, mais surtout un grand nombre de fautes qui a tendance à agacer les supporters au bout de la demi-heure de jeu. A la mi-temps le score est nul et vierge (0-0). En deuxième période le rythme à baissé sur le terrain comme dans les tribunes. Je doute de plus en plus au fur et a mesure que les minutes passent. L'arbitre nous énerve vraiment beaucoup en sifflant tout et n'importe quoi. A la 89e minute les girondins obtiennent un corner. Et là bizarrement j'ai le sentiment que quelque chose va se passer. Et ce qui devait arriver arriva ! But de Bordeaux après une sortie hasardeuse de Vercoutre, qui est par la suite longtemps critiqué dans les travées du stade de France. Inutile de dire que l'ambiance chute soudainement... On a le moral à zéro, on est tout simplement dépités. Au coup de sifflet final beaucoup de supporters sont partis déçus et agacés. De mon coté, je reste pour profiter un maximum de cette soirée. Ce qui est très décevant, c'est qu'uniquement 4 joueurs nous on applaudis à la fin... C'est assez dommage quand on sait qu'un déplacement représente un grand nombre de sacrifices pour un supporter. A la sortie du stade tout le monde a la tête dans le sac. Pour ma part je suis triste et déçue mais fière de pouvoir dire "J'étais au stade de france pour la finale de la coupe de la ligue"."

à lire également
Maxence Caqueret à l’entraînement © Stéphane Guiochon / MaxPPP / PHOTOPQR Le Progrès
Le milieu de terrain Maxence Caqueret, 19 ans, sous contrat avec son club formateur jusqu’en 2023, a hâte de faire ses débuts en Ligue 1. Portrait d’un jeune timide qui respire le football.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut