Hatem Ben Arfa © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Ancien OL : Ben Arfa conseille à Deschamps de partir

Dans une tribune libre, l’ancien joueur de l’OL a critiqué le jeu “ultraréaliste” pratiqué par l’équipe de France et conseille à Didier Deschamps de partir sur un “coup d’éclat” comme Zinedine Zidane au Real Madrid.

Première voix légèrement dissonante après le sacre de l'équipe de France, Hatem Ben Arfa a critiqué ce lundi dans France Football le jeu pratiqué par l'équipe de France. Dans une tribune libre, le milieu offensif passé par l'OL entre 2002 et 2008 s'est tout d'abord bien entendu dit “super content de la victoire de l'équipe de France. Franchement. Ce succès va faire du bien aux joueurs, qui se sont beaucoup engagés derrière ce projet. Il va aussi faire beaucoup de bien à Didier Deschamps et son staff, qui ont été cohérents et malins jusqu'au bout”.

Mais conscient de “choquer en cette période de célébration nationale” et quitte à passer “pour un rabat-joie”, Ben Arfa estime qu'il “serait dangereux de se cacher derrière cette deuxième étoile pour faire du jeu des Bleus une référence mondiale”. “On ne va pas se le cacher : le style et l'identité ultraréalistes des Français sont assez moches. Et je n'ai pas envie que ce style-là devienne désormais la norme dans les centres de formation ou les clubs, puisque l'on a souvent l'habitude d'essayer de copier le nouveau champion du monde”, écrit celui qui compte 15 sélections sous le maillot de l'équipe de France.

Je ne suis pas certain qu'avec ce style de jeu on soit à l'abri d'une mauvaise surprise dès les qualifications du prochain Euro. Car, en face, il y en aura beaucoup qui vont nous attendre pour nous prendre à notre propre piège”, ajoute le joueur âgé de 31 ans. Pour lui continuer avec ce style serait du “gâchis ” au vu des talents qui composent l'équipe de Feance : Griezmann, Fekir, Mbappé ou Dembélé. “Chapeau M. Deschamps ! Mais, maintenant, à sa place, je partirais sur ce coup d'éclat, un peu à l'image de Zizou avec le Real Madrid. Ce serait ensuite à son successeur de profiter du potentiel technique et de "libérer" les talents pour avoir une identité de beau jeu à la française, comme les Brésiliens en ont une. Et pour qu'on ne prenne pas du plaisir que dans les résultats”, conclu Hatem Ben Arfa.

à lire également
Malgré la loi martiale en Ukraine et les réserves émises par Jean-Miche Aulas sur la quiétude autour de cette rencontre de Ligue des champions, l'UEFA a décidé de faire jouer le match à Kiev.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut