3 questions à Herbert Suffrin, Raid Hannibal

Le but de cette course est de promouvoir la future liaison ferroviaire Lyon-Turin. Durant ces quatre jours, on a environ 200 coureurs qui vont parcourir plus de 180 kilomètres d'un terrain assez exigeant. On a un budget de fonctionnement de 300 000 euros qui est financé par des partenaires privés et les collectivités locales.

Quel est l'état d'esprit de cette course ?
C'est avant tout un défi sportif qui se déroule dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Ce qui plaît beaucoup aux participants, c'est qu'il y a autant d'équipes composées d'étudiants que de salariés venant de différentes entreprises de la région. Cela permet un rapprochement entre les étudiants et le monde de l'entreprise.

On parle souvent de cette ligne Lyon-Turin et pourtant ce projet n'avance pas beaucoup...
Vous n'avez pas tort, on a pris énormément de retard mais a priori la Transalpine envisage le début des travaux en 2010. Il n'y a pas de raison que cela traîne davantage d'autant qu'en France, tout le monde est favorable à cette ligne Lyon-Turin car elle va désengorger les Alpes.

à lire également
La tête de liste des écologistes aux européennes, Yannick Jadot, en visite en Savoie mardi, a martelé son opposition au projet Lyon-Turin. L’élément central du projet, un tunnel de 57,5 km reliant la France à l’Italie, a commence à être creuser.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut