Villeurbanne, Jean-Paul Bret (PS) : quitte ou double

Homme de conviction, il a renoncé dés 2002 à l'Assemblée nationale au nom du non-cumul, alors que ses concurrents au PS, Collomb ou Queyranne en tête, ont au contraire accumulé toutes les fonctions qui pouvaient asseoir leur pouvoir. Un peu rancunier, il a évincé ceux qui au PS avaient eu le tort de s'opposer à lui, Lilian Zanchi et Bernard Rivalta en tête. Un échec le mettrait de fait à la retraite, sans "mandat de secours". Une victoire renforcerait la légitimité de ce fidèle de Ségolène Royal.

Participez au débat sur les municipales à Villeurbanne

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut