Braillard

Vers l'annulation de l'élection de Thierry Braillard ?

C'est en tout cas l'information donnée par Marianne, repris par le site Slate.fr. Le député du Rhône attend la décision du conseil constitutionnel "très sereinement", conforté notamment par l'avis du ministère de l'Intérieur. La commission nationale des comptes de campagne sera la première à examiner les conditions de cette élection.

Vous avez aimé la guerre à mort Braillard/Meirieu/Collomb ? Vous serez comblé, elle pourrait se rejouer l'an prochain. Selon Marianne, neuf élections de députés seraient annulées, dont celle de Philippe Kemel (PS) face à Marine Le Pen, de Patrick Devedjian (UMP) et donc de Thierry Braillard (Radical de gauche). Information reprise notamment par le site Slate.fr.

Un recours avait été déposé conjointement par Bertrand Artigny, Jean-Philippe Jouvenel, Paul Raveaud et Philippe Meirieu. Il visait à démontrer que l'électeur a été trompé par le candidat élu, à la faveur notamment de l'utilisation du logo du PS et du slogan "Candidat de la majorité présidentielle de François Hollande", attributs revenant au candidat investi par la rue de Solferino, c'est-à-dire l'écologiste.

Un écart net de 2 999 voix

Dans l'équipe de Philippe Meirieu, on se dit "favorablement étonné" de ce renseignement. "On sait que ce n'est pas facile de gagner un recours lorsque l'écart entre les deux candidats est important", précise Gaël Roustan, directeur de campagne du battu. 2.999 voix ont en effet départagé les deux hommes, soit plus de huit points, en juin dernier.

Thierry Braillard, de son côté, "attend très sereinement" la décision de justice. Une source proche du radical relaie une autre rumeur : seulement quatre élections seraient invalidées, dont celle de Philippe Kemel et de Patrick Devedjian. Mais le Lyonnais, lui, ne serait pas concerné. Si l'entourage des candidats s'attend à une décision fin octobre ou début novembre, le Conseil constitutionnel n'évoque qu'une date butoir : fin 2012.

Mais une première étape a été franchie avec l'avis du ministère de l'Intérieur, qui invoque l'absence "de motifs sérieux" à l'invalidation de l'adjoint aux sports. D'ici à une quinzaine de jours, la Commission nationale des comptes de campagne rendra aussi son verdict : si Thierry Braillard était pointé du doigt, il encourrait l'inéligibilité d'un an, tandis que celle de Philippe Meirieu se traduirait par un moindre remboursement de ses frais de campagne. Malgré ces incertitudes, le radical est en passe d'inaugurer sa permanence parlementaire, à Perrache.

à lire également
Michel Havard, Georges Fenech, Najat Vallaud-Belkacem et Philippe Meunier © Tim Douet (montage LC)
L’année 2017 a laissé sur le carreau de nombreux élus et ministres. Les obligeant parfois à reprendre le cours d’une carrière professionnelle laissée en jachère, voire jamais construite. Si le matelas du cumul des mandats a amorti des chutes, certains heurtent le mur du réel. Tour d’horizon des battus et des recasés.
3 commentaires
  1. christian - 5 octobre 2012

    ce serait bien tout à fait normal ! une telle goujaterie ne peut rester impunie

  2. Marc ANTOINE100 - 6 octobre 2012

    Qui? Thierry Braillard: 'Monsieur Promesses' avec de merveilleuses piscines (Confluence, Fort Lamothe, Rhône). En fait 1 seule sur les 3 après 15 ans d'attente. Pour mémo : Montpellier 14é piscine dont une olympique qui fait référence. Cela promet, si par malheur, il prenait la succession du maire actuel.

  3. rémi - 10 octobre 2012

    L'un a fait une campagne honnête sur des thèmes d'intérêt nationaux, l'autre de la 'démocrassouille à la lyonnaise'..et une fois encore c'est le deuxième qui l'emporte !! en attendant une décision du Conseil constitutionnel.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut