Un minaret dans leur ville : qu'en pensent nos élus ?

Coup de tonnerre dans le ciel européen dimanche dernier, le peuple helvétique appelé au vote dans le cadre d'un référendum populaire, a voté majoritairement pour l'interdiction de la construction de nouveaux minarets sur son territoire, à une majorité écrasante de 57,5 %, rappelant les pires heures de l'histoire du vieux continent. Sur les 26 cantons de la Confédération, seuls quatre cantons (Bâle-ville et les cantons francophones de Genève, Vaud et Neuchâtel) ont rejeté la proposition soutenue par le parti UDC de la droite populiste et le petit parti chrétien de droite UDF. Ce vote devrait maintenant entraîner la modification de la Constitution suisse, dont le préambule proclame pourtant, "au nom de Dieu Tout-Puissant", l'esprit "de solidarité et d'ouverture au monde" du peuple et des cantons suisses.

Qu'en ont pensé nos représentants aux Grand Lyon ? Nous sommes allés poser la question aux conseillers communautaires réunis en session, lundi 30 novembre.

Dans l'ordre d'apparition :

- André Gléréan, maire de Fontaines Saint-Martin, groupe Synergie (le groupe des maires des petites communes du Val de Saône),
- Louis Lévèque, adjoint à l'habitat, au logement et à la politique de la ville du maire de Lyon, groupe communiste et apparentés,
- Denis Broliquier, maire du deuxième arrondissement de Lyon, groupe UMP,
- Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, 1er vice président du Grand Lyon, chargé de la stratégie de développement, groupe socialiste et apparentés,
- Michelle Vullien, vice-présidente au Grand Lyon, chargée des transports collectifs, maire de Dardilly, groupe MoDem,
- Gilles Vesco, vice président au Grand Lyon, chargé des nouvelles mobilités urbaines, groupe Modem,
- Jean-Louis Touraine, 1er adjoint au maire de Lyon, groupe socialiste et apparentés.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut