Trois programmes pour une région #1

PROGRAMME - Lyon Capitale a épluché pour vous les programmes de l’UMP, du PS et d’Europe Écologie pour les régionales des 14 et 21 mars. Notre étude comparative s’articule autour des cinq grandes compétences de la région, dont la première, les transports.

Le transport est l’une des grandes compétences de la région. Sur le transport ferroviaire, les trois partis partagent plutôt les mêmes positions : généraliser la carte OùRA, désenclaver certaines parties du territoire encore non desservies par les transports en commun, ligne à grande vitesse Lyon-Turin. Tous promettent aussi de dynamiser le transport fluvial comme alternative aux camions. Les différences apparaissent surtout sur les autres modes de transport.

UMP :
L’UMP veut “sortir du tout ferroviaire”. Lors de l’actuelle mandature, aucun projet autoroutier n’a vu le jour. Françoise Grossetête se dit donc favorable à la réalisation de l’A 45, de l’A 89/A 6, de la liaison A 48 entre Ambérieu et Bourgoin. L’UMP se singularise aussi en voulant développer l’aéroport de Saint-Exupéry en favorisant l’implantation de grandes lignes internationales. Sur le transport ferroviaire, l’UMP propose aussi une mesure “sécuritaire” : l’installation de vidéo protection dans les TER et la création de surveillants accompagnateurs.

Parti socialiste :
Jean-Jack Queyranne prend un engagement : le coût du déplacement domicile travail sera au maximum de 2 euros pour les abonnés du TER. Une mesure séduisante mais encore brouillonne quant à son mode de financement. Sa politique ferroviaire est plus limpide : réouverture de lignes TER, création de 20 000 places supplémentaires, mettre Grenoble à moins d’une heure de Lyon, liaison Rhin-Rhône, effort sur l’équipement Wifi des rames des TER. Les projets autoroutiers ne sont pas évoqués. Le candidat Queyranne projette aussi d’inciter au covoiturage et de créer 500 kilomètres de piste cyclable.

Europe Écologie :
La liste conduite par Philippe Meirieu se situe dans la droite ligne du mandat du groupe Verts : aucune subvention ne sera attribuée pour la construction de route ou aux aéroports. La grande mesure de leur programme est la RTT (réduction du temps de transport). L’idée est de mettre tous les Rhonalpins à 10 minutes d’un transport en commun. En ville, il s’agira de 10 minutes à pied et zone rurale de 10 minutes en voiture. Cette mesure sera liée à la réouverture de gares et de lignes TER fermées actuellement. Plus anecdotique, Europe Écologie souhaite supprimer les “1ère classe” dans les TER.

Demain, nous mettrons en ligne les propositions des trois principaux candidats en matière d'environnement.

à lire également
Le Gouvernement passe en force pour réformer la SNCF. L’enjeu n’est pas tant de sauver la compagnie publique que de la préparer à l’arrivée de concurrents à partir de 2020. Le Gouvernement joue sur le levier des dépenses de personnel en supprimant le statut du cheminot. Mais ce n’est qu’un des symptômes d’un mal plus profond.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut