Grand Lyon – Conseil métropolitain © Tim Douet
Grand Lyon – Conseil métropolitain © Tim Douet

Travaux TCL : règlement de compte dans la majorité du Grand Lyon

Myriam Picot, membre de la majorité de David Kimelfeld, a publiquement affiché son désaccord avec sa collègue Fouziya Bouzerda, lors du conseil métropolitain ce lundi, sur les travaux estivaux des tramways T1 et T2.

Il est rare de voir les dissensions d'une majorité s'étaler au grand jour. En politique, le linge se lave plutôt en famille. Pourtant ce lundi, Myriam Picot a ouvertement repris sa collègue Fouziya Bouzerda sur les travaux des tramways T1 et T2, fermés six semaines cet été. Une coupure du réseau qui a impacté l'accès au musée des Confluences a critiqué Hubert Guimet du groupe Synergie-Avenir, qui a pointé du doigt le manque d'information des élus locaux, mais aussi des équipes du musée de la part du Sytral, le syndicat mixte qui gère les transports lyonnais.

Fouzya Bouzerda, la présidente de cette entité, a justifié ce choix par la nécessité de réaliser ces travaux durant l'été, seul créneau disponible pour “impacter” le moins de personne possible. La 2e vice-présidente de la métropole a par ailleurs assurée que des contacts ont bien eu lieu pour avertir les différents partenaires.

Myriam Picot, la vice-présidente en charge de l’éducation et la culture et vice-présidente du conseil d’administration du musée, a alors repris de volée sa collègue de la majorité. “Je ne peux pas vous laisser dire qu'il y a eu une concertation. Si ces travaux avaient été anticipés, le musée aurait eu la possibilité de faire lui-même une communication dans ses documents”, a-t-elle taclée. Puis de préciser : “Je partage votre analyse selon laquelle les travaux sont nécessaires et qu'il y a eu une navette mise en place, mais je dis seulement qu'il y a eu un défaut d'information du musée fort préjudiciable.” Une déclaration qui a jeté un blanc dans l’assemblée, qui a fini par applaudir le franc parlé de la maire du 7e arrondissement.

à lire également
Gérard Collomb s'allie à la droite pour barrage aux écologistes
En s’alliant à la droite pour contrer la vague verte, Gérard Collomb a joué le tout pour le tout et a perdu. Vaincu dans son fief du 9e, il retrouve les bancs de l’opposition après vingt ans de règne. Et un combat de trop.
Faire défiler vers le haut