Régionales à Lyon : avec Jean Castex, Bruno Bonnell donne une dimension nationale à sa campagne

Bruno Bonnell tenait, ce jeudi, son meeting de fin de campagne des élections régionales accompagné de Jean Castex et de figures nationales de la majorité présidentielle. À l’approche de la présidentielle, La République en Marche tente de remobiliser son électorat.

Dans la dernière ligne droite des élections régionales, l’état-major de La République en Marche a décidé de mettre un coup d’accélérateur. En Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir reçu la visite de quelques ministres, le candidat LREM Bruno Bonnell a partagé la scène de son premier et dernier meeting (contexte sanitaire oblige) avec le premier d’entre eux. Ce jeudi soir, Jean Castex était de la partie dans les espaces de réception du Matmut stadium. Dans les trois derniers jours de campagne, le Premier ministre multiplie les déplacements de soutien aux candidats de la majorité présidentielle : “l’odeur des campagnes électorales, de la poudre me manquait”.

Remobiliser l’électorat

Jusqu’à présent, Bruno Bonnell avait plutôt fait campagne l’étiquette en poche. Il rappelait ainsi régulièrement qu’il n’était pas le candidat de La République en Marche, mais de la majorité présidentielle. Une nuance qui doit lui permettre de se tenir à l’écart d’un parti qui n’a pas su consolider localement sa vague de 2017 et se heurte à l’impopularité habituelle des partis au pouvoir. Mais alors que les élections régionales revêtent une allure de dernier test avant la présidentielle de 2022, l’exécutif, qui a mis du temps à se mettre en campagne, cherche désormais à limiter la casse. Au soir du premier tour, la carte électorale devrait clignoter en bleu (la couleur des LR) et noir (celle du RN). En Auvergne-Rhône-Alpes, à la différence d’autres régions, Bruno Bonnell ne devrait pas être un faiseur de rois ou un empêcheur de tourner en rond pour les listes LR. L’enjeu de cette fin de campagne se situe autour de la barre des 15 %. Les dernières craintes portent sur l’abstention de l’électorat macroniste. L’heure est donc à la mobilisation générale. Au premier rang, le ministre ardéchois Olivier Dussopt a fait le voyage. Tout comme Stanislas Guerini, secrétaire général de LREM. Sur les écrans géants, une dizaine de ministres apparaissent dans un clip de soutien à Bruno Bonnell.


"L'odeur des campagnes électorales, de la poudre me manquait”. Jean Castex


Réunion de famille

Les applaudissements les plus nourris sont pour le prédécesseur de Jean Castex : Édouard Philippe. La base militante d’En Marche s’est érodée depuis 2017, mais la présence, ce jeudi soir, de quelques 600 personnes, à l’heure où les Français sont plus attentifs aux sirènes des terrasses que des joutes politiques, est plutôt un signal positif pour les cadres locaux d’En Marche. “Au départ, la machine était un peu cassée”, admet Bruno Bonnell. Ce jeudi soir, le parti présidentiel a montré qu’il n’a pas non plus perdu la main dans l’organisation de grands raouts, dressant un parallèle saisissant avec les meetings “à la bonne franquette” de Najat Vallaud-Belkacem et de Fabienne Grébert plus tôt dans la semaine. Écrans géants, jeux de lumière, sono et quelques militants venus faire la claque rappellent le monde d’avant la covid-19, la ferveur de la campagne de 2017 en moins. La bande sonore étouffe la timide clameur qui accompagne l’entrée dans la salle de Jean Castex flanqué de Bruno Bonnell. La salle a mis du temps à sortir de cette année de confinement politique.

Ce jeudi soir, le meeting avait aussi vocation à rassembler la grande famille de la majorité présidentielle qui s’est parfois dispersée au cours des municipales de l’année dernière. “Tu as su rassembler ceux qui venaient de familles différentes”, souligne Patrick Mignola, président du groupe Modem à l’Assemblée nationale et ancien colistier de Laurent Wauquiez en 2015, en s’adressant à Bruno Bonnell. Ce jeudi soir, il manquait toutefois deux personnalités historiques de la macronie locale. David Kimelfeld soutient Najat Vallaud-Belkacem (PS). Gérard Collomb a séché l’évènement en protestation d’une liste qui s’est ordonnancée sans ses proches. “Les divisions sont maintenant derrière nous”, veut pourtant croire Stanislas Guerini, le patron des marcheurs.

Le “bon copain”

À la tribune, les orateurs s’enchaînent et louent le bon “copain” Bonnell. “C’est celui avec qui tous les auralpins ont envie de boire une bière”, sourit Patrick Mignola. “Bruno a un magnétisme que chacun connaît, il attire vers lui les gens de bonne volonté. Tu as fait le choix de l’optimisme (..) face à toutes les formes de déclinisme. C’est la meilleure réponse aux esprits tristes qui peuplent la vie politique”, abonde Stanislas Guerini. Sous le chapiteau de Gerland, Jean Castex lui succède appelant les Français à aller voter maintenant que “la vie reprend” et que la France est “en train de gagner la partie” contre la covid-19. Dans son discours, le Premier ministre a défendu l’action du gouvernement dans la crise sanitaire avec ferveur et réveillant l’assistance : “Nous sommes le pays de la zone euro qui a le moins perdu d’activité. Nous n’avons laissé personne au bord du chemin. Le quoi qu’il en coute était indispensable. Il a été rendu possible parce que depuis le début du quinquennat nous avions commencé à redresser les comptes publics”. Le Premier ministre a ensuite fléché aux candidats LREM le chemin à suivre : “Certains vont chercher à profiter des difficultés du temps présent, vont chercher à faire leur miel sur le malheur des autres, à diviser, à nourrir des complots, à attiser la haine. On voit des digues qui cèdent. Vous serez les candidats du refus de ces méthodes, de ce renoncement, de cet abaissement qui est finalement l’abaissement de la France”. Plus que sur un positionnement politique, c’est donc sur le terrain des valeurs que la majorité présidentielle veut se placer à un an d’une présidentielle qui pourrait mettre à l’affiche le remake de 2017 : Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

En même temps

Pour conclure la soirée, Bruno Bonnell a ramené la soirée à des enjeux plus locaux. “Je suis là pour six ans”, assure-t-il en montant sur scène. Dans son discours, il dresse des parallèles entre les grandes figures régionales et les champs qu’il veut investir s’il est élu président de région : le civisme, la culture ou l’innovation. “Cherchons à inspirer plutôt qu’à désespérer”, prône-t-il. Mais c’est principalement sur ses rivaux, tournés en dérision, que Bruno Bonnell s’est appesanti. “Je comprends la déception à l’égard des politiques quand j’entends dans cette campagne ce qu’on nous propose. (…) Ce n’est pas en achetant des caméras que l’on change l’attitude des délinquants, ce n’est pas en créant des milices que l’on sécurise des lycées comme je l’ai lu dans des programmes. La source de cette insécurité, c’est d’abord le désoeuvrement”, assène-t-il en visant sur sa droite. Fidèle au en même temps présidentiel, il a réservé quelques flèches sur sa gauche en raillant les écologistes opposés au Lyon-Turin “le projet le plus écolo d’Europe” et leur potentielle alliance avec des socialistes qui soutiennent ce projet. Une manière pour Bruno Bonnell de se projeter vers le second tour qu’il abordera sans changement de programme ni de listes.

A lire aussi :

Régionales à Lyon, Bruno Bonnell, candidat LREM  : "Je ne ferai alliance avec personne"

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut