Salle des 100 pas du TGI de Lyon
©Tim Douet

Prières de rue : les militants FN très remontés à la sortie du tribunal

Dans le sillage de Marine Le Pen quittant l’audience, quelques-uns de ses soutiens se sont écharpés verbalement hier avec des militants antiracisme.

"La France aux Français." Voilà sur quel registre les militants pro-FN s'adressaient à la presse et à leurs opposants, hier, dans les coursives du tribunal correctionnel de Lyon, à la sortie de Marine Le Pen. La numéro un du FN y était jugée pour “incitation à la haine” après avoir comparé en 2010 les prières de rue des personnes de confession musulmane avec l'Occupation nazie.

Parmi les nombreux journalistes et observateurs présents, militants frontistes et antiracistes se sont opposés verbalement, se qualifiant réciproquement de "fascistes". Outre la résurgence du slogan de l'Œuvre Française, cette sortie d'audience houleuse a été marquée par l'emploi de quelques qualificatifs fleuris. Une militante visiblement très remontée traite ses opposants de "chiens" avant d'évoquer des "égorgements sur le territoire".

 

à lire également
La commission d’enquête sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France, passée par Lyon en avril dernier, a rendu son rapport la semaine passée. Ils proposent notamment d'accentuer les sanctions lors des reconstitutions de ligues dissoutes et de renforcer les moyens des services de renseignement. 
5 commentaires
  1. Leonnaej - 21 octobre 2015

    La France ignare et chouïa amnésique au micro. Regardez la bien, c'est très instructif sur le fn. Vous voulez vraiment ces excités aux manettes ?

  2. Jean Jaurès - 22 octobre 2015

    Un peu facile votre reportage Lyon Capitale! Ce n'est pas comme cela qu'on lutte efficacement contre le FN!

  3. Jean Jaurès - 22 octobre 2015

    A la réflexion, je pense même que ce reportage est contre-productif...

  4. spacelex - 23 octobre 2015

    Si le FN est une organisation raciste, qu'il soit dissous. Si le mrap, la licra, sos racisme sont des organisations racistes, qu'elle soient dissoutes également. Tous le monde ne peut pas être internationaliste, mondialiste, communautariste, gauchiste. Le sentiment national et d'appartenance à une nation a encore du sens pour une majorité de français. C'est le sens de l'histoire de notre pays. Qui est aussi encore une patrie, toujours pour une majorité de français. Ce n'est pas parce qu'il existe des réseaux médiatiques et 'sociaux' qui amplifient l'expression de ces mouvements plus globalement qu'avant qu'ils constituent l'expression d'une majorité dans la population. Des mouvements qui, faute de fédérer en grand nombre, n'ont plus que l'action en 'justice' pour faire parler d'eux ...

  5. spacelex - 23 octobre 2015

    ... ces organisations ont créé un écosystème avec le FN, les unes alimentant les autres depuis 35 ans. Mais à la fin c'est le FN qui gagne et la France qui perd.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut