PCB, quand Meunier s'en mêle

Ce mercredi à Paris devant la presse, l'ancien directeur de cabinet du maire de Meyzieu*, présentera les résultats de plusieurs mois d'enquête sur l'une des catastrophes écologiques (et probablement sanitaire) les plus graves que la France ait connue ces dernières années. Son nom : PCB, pour polychlorobiphényls, des dérivés chimiques chlorés très toxiques. Les cours d'eau français, dont le Rhône dans son intégralité, en son infestés, à tel point que les poissons sont indésirables dans les assiettes. De récentes études indépendantes ont également montré de forts taux de PCB dans les organismes de consommateurs de poissons de rivières.

D'après bon nombre d'acteurs ayant été consultés dans le cadre de ces travaux, nous pouvons préjuger des grandes lignes du rapport. En toute logique, une grande réforme de l'administration sur la question des PCB devrait être proposée. D'aucuns ont en effet pu constater la désorganisation totale sur le sujet : trois ministères sont concernés (écologie, agriculture, santé) sans qu'il y ait la moindre centralisation des informations. Bref, le flou le plus complet.

* Meyzieu a été la première ville française à avoir porté plainte contre X pour pollution aux PCB.

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
La bataille fait actuellement rage à Lyon pour les élections municipales, en mars 2020. Mais quid de Marion Maréchal, l’ancienne députée du Vaucluse, désormais directrice d’une école privée d’enseignement supérieur, l’Issep, à Confluence (Lyon 2e) ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut