Pas de concurrence sur la gauche de Collomb

Gérard Collomb avait pourtant laissé un beau créneau sur sa gauche pour une liste d'union capable de peser au premier tour.

Sauf surprise de dernière minute, Gérard Collomb n'a à craindre aucune liste concurrente sur sa gauche pour les prochaines municipales lyonnaises. Certes, des listes seront élaborées par différentes tendances de la gauche de la gauche mais dans une complète dispersion.

Même si des réunions vont encore avoir lieu d'ici Noël, la messe semble dite. En l'absence du PC et des Verts qui partent dès le premier tour avec le PS, la LCR est en position de force pour négocier des alliances avec d'éventuelles partenaires. Or, chez les trotskystes, la ligne est "tout le monde derrière Olivier Besancenot" et son futur parti anti-capitaliste, à Lyon comme ailleurs. Du coup, les partenaires d'un éventuel mariage partent en courant. A Gauche Autrement (AGA), qui avait réalisé plus de 4 % des voix aux dernières municipales en présentant des militants LCR, s'apprête à jeter l'éponge.

Bruno Guichard, l'un de ses animateurs explique : "c'est impossible de nous ranger sous le label LCR et nous ne souhaitons pas présenter des candidatures témoignages".

La gauche altermondialiste, héritière des comités Bové des dernières présidentielles, a adopté la même posture. Regroupée derrière l'ancien dirigeant d'Attac Rhône, Jean-Luc Cipière, une vingtaine de militants ont créé Gauche Alter Lyon. Ils cherchent à construire l'unité mais pas à n'importe quel prix : "Dans un contexte mortifère d'une gauche laminée, il est culturellement difficile de dépasser cette division. (...). Si la LCR veut construire cette unité derrière son nom, elle fait un contresens historique". Ils devraient prochainement rencontrer la LCR pour entériner les termes de leur désaccord. S'ils n'arrivent pas à monter une liste, ils promettent d'être présents dans le débat.

Quant aux Décroissants de Vincent Cheynet, ils ont déjà le plus grand mal pour se mettre d'accord entre eux ; ils auront donc les plus grandes difficultés à présenter des listes dans d'autres arrondissements que les pentes de la Croix-Rousse, où "Dessine-moi le premier" avait réalisé un beau score en 2001.
Au final, la LCR, Lutte Ouvrière et les Décroissants devraient présenter des listes mais seulement dans quelques arrondissements. Difficile dans ces conditions d'occuper le créneau de la gauche que Gérard Collomb déserte au profit du centre-droit. La marginalisation de la gauche du PS (aucun de ses représentants ne sera en position éligible au conseil municipal, lire encadré), augurait pourtant de belles perspectives pour eux.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut