Loic Terrenes, le candidat LREM dans la 2e circonscription du Rhône aux législatives.

Lyon : qu'est-ce que "Confluences", l'association citoyenne lancée par Loïc Terrenes ?

Loïc Terrenes, plus jeune candidat macroniste de France aux législatives, lance une association citoyenne, un incubateur d'idées nouvelles, pour projeter Lyon à 2050.

Candidat macroniste au poste de député dans la 2e circonscription du Rhône (Lyon 1er, Lyon 4e, une partie du 2e et du 9e) en juin dernier, Loïc Terrenes, 26 ans, a été battu au 2e tour par le député sortant, investi par Nupes, Hubert Julien-Laferrière (ce dernier a fait 51,64% des voix).

Plus jeune candidat macroniste de France aux législatives, ancien conseiller à la Métropole de Lyon de David Kimelfeld lorsque ce dernier était président de la "Métro", Loïc Terrenes n'imagine pas cette campagne des législatives comme un simple one shot. Il a décidé de lancer l'association citoyenne "Confluences" pour "projeter Lyon à 2050".

"On veut impulser une démarche d'écoute et de dialogue de tous les acteurs locaux, pour valoriser des projets locaux, donner un coup de main à des groupes d'habitants ou des collectifs citoyens. Cette démarche a vocation à être un incubateur d'idées, une vigie citoyenne de l'action des élus locaux et de nos parlementaires, et un outil d'écoute et de dialogue pour créer des ponts entre la sphère de l'économie, du culturel, des solidarités, pour le moment sur le périmètre de la 2e circonscription du Rhône", explique Loïc Terrenes.

"J'aimerais donner la chance qu'on m'a donnée pour les législatives à d'autres"

Et bientôt sur l'ensemble de Lyon ? "La 2e circonscription, où je me suis présenté, que je connais bien, servira de laboratoire pour savoir si le modèle fonctionne. Si ça fonctionne, on l'étendra peut-être à d'autres arrondissements à Lyon, voir au-delà. On va tester ce modèle, avoir des référents de quartiers un peu de partout sur ce territoire. C'est eux qui seront le pivot de l'association", souligne-t-il.

Les municipales et métropolitaines de 2026 sont-elles en ligne de mire par l'intermédiaire de cette initiative ? "Il y a une volonté de s'engager durablement à titre personnel, et puis collectivement, j'aimerais bien que cette association serve à dénicher des talents, des Lyonnais engagés à leur manière mais qui ne sont pas dévoilés dans la vie publique jusqu'à présent. J'aimerais donner la chance qu'on m'a donnée pour les législatives à d'autres, pour qu'il y ait un vrai collectif qui puisse compter à l'avenir", insiste Loïc Terrenes.

"Il faut qu'on arrive à développer de nouvelles formes d'engagement"

"On va rentrer dans une phase où il n'y aura pas d'élections (les prochaines élections locales sont en... 2026). Pendant cette phase-là, il faut apprendre à s'engager autrement. Il faut s'engager pour des causes, pour des groupes d'habitants, pour des micro-sujets, et ce n'est pas péjoratif, des sujets qui concernent notre quotidien, en bas de chez nous. Il faut qu'on arrive à développer de nouvelles formes d'engagement, c'est le pari de Confluences", poursuit l'ancien candidat Renaissance dans la 2e circonscription du Rhône.

"Concrètement, par exemple en matière de patrimoine, j'aimerais qu'on arrive à développer des levers de fonds citoyens pour revitaliser des lieux, des bâtis en déshérence complète. Mais aussi créer de la synergie entre certains projets. Sur les navettes fluviales, sur la lutte contre la pollution de l'air à proximité des écoles et des crèches, sur les métiers du lien, sur l'intergénérationnel, sur le projet de rive droite du Rhône. En terme d'asso, on sera là comme vigie et comme relai des préoccupations des Lyonnais", conclut le jeune homme.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut