Les électeurs de Mélenchon et de Fillon penchent pour Macron

Au lendemain du 1er tour de l'élection présidentielle, le sondage réalisé par Ifop Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et Cnews place Emmanuel Macron vainqueur du second tour avec 60 % des voix contre 40 % pour Marine Le Pen, en particulier grâce à l'électorat de Jean-Luc Mélenchon, de Benoît Hamon et de François Fillon.

Qui d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen l'emportera au second tour de l'élection présidentielle le 7 mai prochain ? Selon le dernier sondage réalisé par Ifop-Fiducial, le candidat d'En marche l'emporterait largement avec 60 % des voix contre 40 % pour la candidate du Front National. La participation pour le second tour de l'élection présidentielle est évaluée à 74 %, soit un taux d'abstention de 26 %.

La France Insoumise se rabat sur Macron

Alors que Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné de consigne de vote, les électeurs de ce dernier ont été interrogés par les sondeurs. Sur 100 électeurs du candidat de la France Insoumise, 51 déclarent voter pour Emmanuel Macron au second tour. Ils sont 19 % à se prononcer en faveur de Marine Le Pen et 30 % à s'abstenir. Toujours à gauche, le message de Benoît Hamon pour empêcher une victoire du Front National semble porter ses fruits. Sur 100 électeurs du candidat du PS, ils seraient 80 à voter pour Emmanuel Macron, 12 à s'abstenir et 8 à apporter leur voix à Marine Le Pen.

L'électorat de Fillon particulièrement partagé

Si François Fillon a également appelé à faire barrage au Front National et a déclaré qu'il donnerait sa voix à Emmanuel Macron, les résultats du sondage témoignent d'un électorat extrêmement partagé. Sur 100 électeurs de François Fillon, 41 s'engageraient en faveur d'Emmanuel Macron, 33 en faveur de Marine Le Pen et 26 n'iront tout simplement pas voter.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Retour aux affaires lyonnaises pour Gérard Collomb ? Le ministre de l'Intérieur veut lancer dès septembre son association “Prendre un temps d’avance”, ouverte à la société civile, pour engager une dialogue sur l’avenir de la Métropole. Quand il s’agit de politique lyonnaise, Gérard Collomb ne perd pas temps. En témoigne son nouveau projet d’association ouverte à […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut