Alain Blum, Mario Stasi, Thomas Rudigoz et David Kimelfeld

Kimelfeld, Blanc et Rudigoz réagissent au coup de sang de Collomb

Au lendemain d’une cérémonie des vœux du 6e marquée par le coup de sang de Gérard Collomb, qui a privé de parole David Kimelfeld, des élus lyonnais réagissent. Étienne Blanc dénonce “une humiliation”. Le président de la métropole revient, lui, sur cet épisode avec plus de légèreté.

En refusant de laisser s'exprimer David Kimelfeld aux vœux du 6e arrondissement, Gérard Collomb a déclenché la première polémique de l'année. Elle n'a échappé à personne. Étienne Blanc, candidat de la droite aux municipales lyonnaises, assez discret ces dernières semaines, a critiqué l'attitude de Gérard Collomb : “L'humiliation faite au président de la métropole n'est pas digne et ne correspond ni à ma pratique ni à ma conception de la vie politique.” Celui qui est aussi le premier vice-président du conseil régional pointe les conséquences de la tension qui règne à Lyon entre les différentes collectivités : “Métropole, ville et région doivent additionner leurs forces au service du bien commun. Rassemblées, elles constituent un ensemble parmi les plus puissants d'Europe. Désunies, elles s'affaiblissent entre elles.”

Rudigoz admiratif

Sur Facebook, le principal intéressé et lésé, David Kimelfeld, est revenu sur cet épisode sans faire de vagues, mais avec un soupçon d'ironie. “J'ai débuté cette semaine de vœux par ceux de la Ville de Lyon, de la Mairie du 2e arrondissement de Lyon et du 6e arrondissement de Lyon. Notre collaboration doit être totale, que la Métropole de Lyon, la ville centre et ses arrondissements travaillent main dans la main, pour faire avancer notre territoire ! Je remercie vivement Gérard Collomb, Denis Broliquier et Pascal Blache pour leur accueil chaleureux !” écrit-il. Mais ce sont les commentaires ayant fait suite à ce post Facebook qui sont encore plus intéressants. “Quel flegme David  ! Respect”, écrit ainsi Thomas Rudigoz, député LREM de la 1re circonscription. Cet ancien protégé de Gérard Collomb a visiblement changé de camp. Comme David Kimelfeld. Les premières escarmouches ne se seront pas fait attendre bien longtemps en 2019.

à lire également
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
En soulignant "la question centrale" de "la souveraineté des données numériques" lors de l'inauguration du Data Center Rockfeller, le vice-président LR de la Région, Étienne Blanc, n'a pas mentionné le soutien financier à Facebook. L'association des "Entreprises libres du numérique" s'est chargée de le lui rappeler.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut