Jeunesses nationalistes Lyon
Défilé sauvage des Jeunesses nationalistes à Lyon

Jeunesses nationalistes : Facebook et “camps de vacances”

À Lyon, les derniers radicaux d’extrême droite préparent leur révolution. Les Jeunesses nationalistes cherchent à imposer leur présence sur la scène publique. Quels sont leurs liens avec les autres groupes identitaires, quels procédés psychologiques utilisent-ils pour convaincre leur public ? Lyon Capitale-le mensuel a sondé leur chef. Extraits.

---

Après l’affaire Clément Meric, le Gouvernement est passé à l’offensive contre les groupuscules d’extrême droite qui ont émergé ces dernières années grâce à des actions coups de poing très médiatiques. À Lyon particulièrement, où Alexandre Gabriac et les Jeunesses nationalistes (estimées à plus d’un millier en France, dont presque la moitié dans la région lyonnaise) ont réussi à faire beaucoup parler d’eux.

Trop, pour Jean-François Carenco, le préfet du Rhône, qui a pris la décision le 25 juin d’engager une procédure de dissolution pour des “propos et [des] actes qui mettent en cause l’intégrité de la République”. Sans garantie d’efficacité : sitôt dissous, ce genre de mouvements peut facilement renaître sous une autre forme, comme ils l’ont prouvé après la dissolution d’Unité radicale en 2002...

Quelques jours avant l’annonce du préfet, nous avions rendez-vous avec le leader de la jeunesse d’extrême droite lyonnaise. Chez lui, dans un décor d’aigles royaux et de croix celtique, nous l’avons interrogé sur son parcours personnel – depuis le Front national jeunesse à 13 ans –, mais surtout sur le recrutement et la formation aux JN.

Du premier contact (manifestation, reportage télé) aux “camps de vacances”, en passant par les lectures conseillées, l’utilisation des réseaux sociaux et les discours des chefs, les réponses d’Alexandre Gabriac révèlent les méthodes des JN pour faire respecter leurs “valeurs” et leur image à leurs recrues.

-----

L’intégralité de cet article est à lire dans Lyon Capitale n°724, en vente en kiosques depuis le 5 juillet, et dans notre boutique en ligne.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut