Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP

Gérard Collomb satisfait de l’adoption de la loi “asile-immigration”

Le texte final de la loi asile-immigration a été adopté ce mercredi 1er août à l’Assemblée nationale. Une décision qui ravit le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, mais ne satisfait pas l’opposition, pour des raisons différentes.

Après cinq mois de débats et de crispation, l’Assemblée nationale a définitivement adopté le projet de loi Collomb “asile-immigration” avec 100 voix pour et 25 contre. Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur s’est réjoui “d’avoir porté un projet de loi qui va permettre de relever le défi migratoire, et ce, sans jamais renoncer aux grands idéaux qui sont ceux de notre république”. Le fameux “humanité et fermeté”, vanté par l’ancien maire de Lyon. Devant l’Assemblée, Gérard Collomb a tenu à féliciter l’ensemble des acteurs ayant participé à l’élaboration du projet et a insisté sur l’écoute des revendications des différents groupes. “Nous avions tenu, avec la ministre Jacqueline Gourault, à être présents tout au long de vos débats. Et nous avons, au sein de cet hémicycle, débattu plus de 80 heures”. Si les différentes oppositions ont été écoutées, aucune ne se dit satisfaite du texte final. Chez les Républicains, on parle d’une loi “qui ne répond pas à la gravité du défi migratoire”. Pour la Marine Le Pen, ce texte “favoriserait” même l’immigration “par son laxisme”.

En revanche, la France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste, assurent le contraire et fustigent la sévérité du projet de loi qu’ils jugent “dangereux”. Ils constatent notamment un durcissement des positions du gouvernement sur la question migratoire. Un point de vue partagé par quelques députés de la majorité puisqu’ils étaient huit à s’être abstenus. Fait unique depuis le début du quinquennat, Aina Kuric, députée LREM de la Marne, a voté contre. Un temps menacée d’exclusion, elle est finalement maintenue au sein de la majorité.

Lire aussi notre dossier sur la 1re année de Gérard Collomb place Beauvau : “Collomb, l’abîmé de l’Intérieur ?”

à lire également
Alors que le ministre de l’Intérieur était en déplacement dans le Vercors ce vendredi, le syndicat de police Alliance Police Nationale dénonce l’insécurité "catastrophique" de la ville, qualifiée de "Chicago français".

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut