Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Article payant

Collomb, l’abîmé de l’Intérieur ?

Des loges du Grand Orient aux humanitaires en passant par les élus de gauche, le style Collomb au ministère de l’Intérieur déboussole. Sa réthorique polémique et sa ligne politique le décentrent sur la droite. Gérard Collomb, qui s’en inquiétait il y a quelques mois, trouve aujourd’hui un intérêt électoral à ses transgressions.

À Noël, à la veille de présenter sa loi “asile et immigration”, Gérard Collomb craignait de devenir “le facho de service” du Gouvernement. Six mois plus tard, le ministre de l’Intérieur assume beaucoup mieux son rôle transgressif. Les défections au sein du groupe La République en Marche ont été moins nombreuses que redouté après l’adoption de cette loi par l’Assemblée. Alors Gérard Collomb entretient sa réputation naissante. “Je suis venu dans ce ministère pour changer le cours d’un destin que je jugeais funeste. Si je ne résolvais pas ce problème d’immigration, Marine Le Pen ou son succédané sera au pouvoir dans quatre ans”, a-t-il asséné au Journal du dimanche. Les craintes du début de l’hiver ont cédé la place à une morgue qui irrite certains ministres ou soutiens d’Emmanuel Macron. “Je rougis quand j’entends le ministre de l’Intérieur. (…) Il a repris au Parlement une partie du vocabulaire de l’extrême droite”, tacle Daniel Cohn-Bendit, soutien du président de la République, qui évoque volontiers un “problème Collomb”. L’ancien maire de Lyon ne semble plus se soucier d’être dépeint en “facho de service”. Entretemps, il a pu mesurer dans les sondages que ses sorties polémiques ne lui étaient pas préjudiciables : 73 % des électeurs LREM sont satisfaits de son action, selon un sondage Ifop-Fiducial réalisé en mai. Il séduit aussi hors de ses frontières : 60 % des électeurs de François Fillon ont une bonne opinion de lui. En revanche, sur sa gauche, son séjour place Beauvau est un cadeau empoisonné.

Il vous reste 77 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut