Elections européennes : les petites villes manquent d'assesseurs, pas Lyon

Plusieurs petites communes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, sont aller jusqu'à passer des annonces sur internet, tant elles peinent à recruter des assesseurs pour le scrutin de ce dimanche d'élections européennes.

"Bureau de vote cherche assesseur désespérément". De nombreuses communes manquaient encore d'assesseurs en fin de semaine pour le scrutin européen de ce dimanche. A tel point que des villes de taille moyenne comme Chambéry ou l'Isle d'Abeau ont passé des annonces pour tenter de recruter des volontaires, comme l'a rapporté Le Dauphiné Libéré.

Saint-Etienne en manque d'assesseurs, pas Lyon

Dans la Loire, France Bleu raconte que Saint-Etienne manque d'assesseur, alors que la situation serait particulièrement critique à Chambon-Feugerolles, où pas moins de 22 volontaires font défaut. Un problème en partie lié à la baisse d'influence et d'effectifs des grands partis traditionnels, habitués à fournir des troupes.

Ce n'est pas le cas à Lyon nous a assuré la municipalité, où tous les bureaux de vote ont le nombre requis d'assesseur. Une situation confirmée par cette dame qui sera derrière l'urne, dans son bureau du du 2e arrondissement. Des agents de sécurité seront également présent pour un renfort de surveillance, alors qu'un colis piégé a explosé vendredi en plein centre-ville (lire ici)

En Belgique, les assesseurs sont payés

Pour palier des situations qui seraient critiques ce dimanche, les textes législatifs prévoient que le président du bureau de vote peut réquisitionner des assesseurs parmi les votants présents. En résumé : arriver tôt dans son bureau de vote ferait courir le risque d'y passer toute la journée.

En Belgique, les assesseurs et présidents de bureaux de vote sont rémunérés, à hauteur de quelques dizaines d'euros, pour les inciter à participer à la vie électorale. Même si le paiement prend parfois du retard, comme dans la province méridionale du Hainaut, selon la RTBF.

à lire également
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.
2 commentaires
  1. blachier romain - 26 mai 2019

    Et on nous vante l'engagement et la solidarité civique dans les petites villes, alors qu'en plus l'exigence est moins forte qu'à Lyon: vote qui s'arrête deux heures avant.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 26 mai 2019

      Il ne faut peut être pas confondre "engagements citoyens" (associatif, solidarité, etc) et "participation à de la politique dans ce qu'elle a de plus rébarbatif" (administratif) !
      car dans le 2ème cas, les grandes villes (comme Lyon) aspirent à leur profit toutes les administrations, les prises de décision, et par conséquent, les citoyens de ces petits lieux n'ont plus envie d'être encore plus les dindons de la farce en "participant à un système qui les méprise".
      🙂

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut