Olivier Faure AFP
© AFP

Élections au PS : Faure en tête, Crombecque favori dans le Rhône

Avec près de 49 % des voix, Olivier Faure est quasiment assuré de prendre la tête du Parti Socialiste. Dans le Rhône, au moins 57 % des militants ont voté pour lui, ce qui place son soutien local Yann Crombecque en position de favori pour les élections locales.

Le député de la Seine-et-Marne Olivier Faure a remporté haut la main le premier tour de l'élection. Sur 40 000 votants, près de la moitié l'a soutenu dans les urnes, lui conférant une légitimité indéniable au sein de son parti. En fait, on peut dire que l'affaire est pliée depuis que Stéphane Le Foll, arrivé second, a annoncé son retrait de la course. Il déclarait alors, "Olivier Faure a obtenu le meilleur score et donc je considère qu’il a maintenant la responsabilité d’être le prochain premier secrétaire de ce Parti socialiste. Il devra donc être désigné le 29 mars". Dans le Rhône, Olivier Faure est soutenu par Yann Crombecque, qui mécaniquement devient favori pour les élections locales. "Il a une avance indéniable et il y a une vraie logique à ce qu'il devienne le chef de l'exécutif" estime Didier Vullierme, adjoint à la sécurité de Villeurbanne.

Après ces élections, reste à savoir si un changement dans l'exécutif suffira à redresser la barre. Pour Jule Joassard, engagé auprès de Luc Carvounas arrivé dernier au classement, une nouvelle tête ne changera pas grand-chose. Selon lui, "la capacité du PS à rebondir viendra de sa capacité à faire reconduire des socialistes à la tête des municipalités perdues". Prêt à aller jusqu'au bout de sa candidature locale, il regrette néanmoins que "les militants aient préféré la prudence à l'audace". De son côté Philippe Prieto qui soutenait Stéphane Le Foll reconnaît avoir espéré "une inversion de la donne qui n'est pas arrivée". Pour lui, cette défaite sonne la fin des "chicaneries" et devra marquer un vrai renouveau au PS, même s'il reste dubitatif quant à la capacité du parti de se fédérer.

Pour Yann Crombecque comme pour ses concurrents, il faut surtout retenir la forte mobilisation des militants dans le Rhône. Ils sont environ 600 à s'être déplacés, soit presque 200 de plus qu'au dernier vote de janvier. Conscient de son avance, Yann Crombecque déclare "tendre la main à ceux qui voulaient se présenter", et assure que personne ne sera oublié. "Unité ne veut pas dire unanimisme. Il faut discuter collectivement, et se mettre au travail. Chose qu'on a pas forcément faite depuis un certain nombre d'années" confesse-t-il. En ce qui concerne l'avenir du parti, Yann Crombecque reconnaît que le PS ne sera "pas en phase" pour les prochaines européennes. Pour le parti, la vraie échéance se tiendra en 2020, lors des municipales.

à lire également
Laurent Wauquiez 10.16 région 2
Dans l'hypothèse où l’élection présidentielle aurait lieu ce dimanche, Laurent Wauquiez n'obtiendrait que 8 % des voix selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews. Emmanuel Macron, lui, est le président le plus populaire après un an de mandat depuis Jacques Chirac en 2003. C'est une petite claque pour Laurent Wauquiez. Le président […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut