Jean-Marie Cavada
J-M. Cavada © Joël Saget/AFP

Cavada appelle à “un changement de système”

Jean-Marie Cavada, député européen, président du Mouvement européen France et de Nous Citoyens, était l’invité de Sud Radio ce lundi 3 novembre. Il estime que les institutions sont en crise, mais qu’une dissolution de l’Assemblée nationale serait une mauvaise réponse.

Interrogé par Christophe Bordet, Jean-Marie Cavada a commenté ce matin sur Sud Radio le rejet par huit Français sur dix d'une nouvelle candidature de François Hollande à la présidentielle de 2017. Lui-même n'y est "certainement pas favorable".

"Ce n'est pas une question d'aimer ou pas l'homme", mais, selon le député européen, "le pays a besoin de ruptures. Les jeunes ne peuvent pas continuer à aller chercher leur avenir à Londres, Shanghai ou ailleurs". "Pour la France, les réformes restent à faire, c'est ce à quoi semble vouloir s'attaquer M. Valls. On verra, mais un homme qui a raté son premier mandat ne peut pas se présenter pour un deuxième", a répondu Jean-Marie Cavada à propos d'une candidature potentielle de François Hollande en 2017.

Dissolution : “Ce n’est pas ce dont nous avons besoin”

Quant à la dissolution de l'Assemblée nationale, voulue par 55 % des Français, selon un sondage BVA pour Orange publié le 30 octobre, "cela toucherait à l'Assemblée nationale et non à la présidence", réagit Jean-Marie Cavada.

Une dissolution de l’Assemblée "ajouterait une crise politique à une crise économique et sociale, estime le député européen. Et François Hollande resterait président de la République. Est-ce que le président inaugurerait les chrysanthèmes ? Non, ce n'est pas ce dont nous avons besoin. Les institutions ont besoin d'être respectées, et ce d'autant plus qu'elles ne se portent pas bien."

Le président de Nous Citoyens appelle plutôt à "un changement de système" : "Le président doit être, comme aux États-Unis, responsable de son gouvernement directement devant l'Assemblée", selon lui.

"Les institutions sont en crise, comme au milieu des années 1970, sauf qu'à cette époque le pays était gouverné, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui", juge Jean-Marie Cavada.

Écoutez l'intégralité de l'entretien de Jean-Marie Cavada en cliquant dans la rubrique "Les Podcasts de Sud Radio" sur Sudradio.fr

à lire également
L'ancien président de la République était en visite à Vaulx-en-Velin ce jeudi lors du colloque “Faire reculer le racisme, l'antisémitisme et les discriminations : un défi républicain”.
Faire défiler vers le haut